En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Rénover la recherche française

 

Le Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française fête son 20ème anniversaire. Créé en 2000 dans le but d’améliorer les infrastructures et les conditions de travail des chercheurs, ce Prix a récompensé 70 chercheurs en sciences de la vie et leurs équipes. Dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint, ce soutien permet aujourd’hui aux chercheurs d’assurer leurs conditions matérielles de travail afin de se concentrer sur leur recherche.

 

UN PRIX DE L’AN 2000

Le 20 novembre 2019, la Fondation Bettencourt Schueller fêtait les 20 ans du Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française. Ce Prix permet d’améliorer les conditions de travail des chercheurs par l’acquisition de gros équipements, la rénovation ou le réaménagement des locaux. Il permet également aux laboratoires de bénéficier d’une aide ponctuelle au fonctionnement. Depuis la création du Prix en 2000, 70 chercheurs et leurs laboratoires en ont bénéficié.

Il y a 20 ans, la Fondation s’engageait à accompagner les laboratoires publics de recherche biomédicale afin qu’ils puissent développer leur projet de recherche. Sur proposition de son conseil scientifique, la Fondation créa donc le Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française. « Récompenser quelqu’un, c’est bien ; mais il me semblait, avec le conseil scientifique, que nous pouvions faire quelque chose d’autre qui était plus matériel » explique le Professeur Pierre Corvol, Président de l’Académie des Sciences et ancien Président du conseil scientifique de la Fondation au moment de la création du Prix. « De là l’idée de donner des financements sur des équipements lourds, des rénovations de laboratoires. Ça, c’était quelque chose d’essentiel. »

Chaque année, à présent, le Prix distingue quatre laboratoires publics français du CNRS et de l’Inserm. La dotation est de 250 000 euros par laboratoire. « L’originalité du Prix, c’était d’essayer d’imaginer la recherche du laboratoire à 5 ou à 10 ans. Les chefs d’équipe se projettent très concrètement dans un but très précis avec l’acquisition d’un matériel ou une rénovation immobilière ; au fond, ils nous transportent par l’imagination dans ce qu’ils rêvent de faire. La recherche, c’est un peu un rêve mais celui-là peut être concrétisé avec un coup de main, un coup d’élan ! » ajoute le Professeur Corvol.

 

UN PRIX TREMPLIN ET GAGE DE CONFIANCE

Depuis deux décennies, les 70 lauréats et leurs équipes ont parcouru de beaux chemins. Pour 70 % d’entre eux, le Prix a été décerné pour des travaux de recherche fondamentale en sciences de la vie, avec, pour certains, des applications et des ouvertures vers la pratique clinique. 30 % des lauréats travaillaient dans un domaine de recherche multidisciplinaire, à l’interface entre la biologie et la physique, la chimie ou l’ingénierie. Grâce au Prix, presque 50 % des lauréats ont acheté de gros équipements, 30 % ont rénové leur laboratoire et près de 20 % ont utilisé la dotation pour s’installer dans un nouveau laboratoire.

Les lauréats en témoignent volontiers : le Prix a été pour eux un premier témoignage de confiance, un tremplin pour augmenter la visibilité de leur laboratoire, bien souvent en début de carrière. Certains ont créé des infrastructures uniques au monde, à la pointe de la technologie, d’autres ont démarré des projets collaboratifs et se sont propulsés parmi les leaders mondiaux de leur domaine de recherche. Près de 60 % d’entre eux ont depuis reçu d’autres prix, en reconnaissance de leurs travaux : médailles du CNRS, prix de l’Inserm, prix de l’Académie des Sciences, élection aux académies française, américaine, anglaise ou européenne, légion d’honneur… Leurs résultats et leurs parcours font la joie de la Fondation qui les suit et les encourage dans la suite de leur carrière. 90 % d’entre eux ont gardé contact avec la Fondation et tiennent ses équipes informées de leurs évolutions de carrière et de leurs publications. La Fondation évolue avec eux pour toujours mieux accompagner les chercheurs et soutenir la recherche française en sciences de la vie.

 

UN PRIX, QUATRE NOUVEAUX LAUREATS EN 2019

De nouveau en 2019, pour sa 20ème édition, le Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française a récompensé quatre lauréats qui viennent rejoindre la grande famille des lauréats du Prix :

  • Luc Dupuis, du Centre de recherche en biomédecine (Strasbourg), pour son projet de recherche sur les symptômes non moteurs de la maladie de Charcot,
  • Yves Gaudin, de l’Institut de biologie intégrative de la cellule (Gif-sur-Yvette), pour son projet sur les mécanismes de réplication du virus de la rage,
  • Gaëlle Legube, du Centre de biologie intégrative (Toulouse), pour son étude des processus de réparation de l’ADN,
  • Pamela Schnupf, de l’Institut Necker Enfants-Malades (Paris), pour sa recherche sur le rôle des bactéries filamenteuses segmentées dans l’activation du système immunitaire.

Avec le Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant, la dotation du programme ATIP-Avenir et le Prix Bettencourt pour les jeunes chercheurs, le Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française contribue au soutien des chercheurs à différents moments-clé de leur carrière, pour que leurs travaux participent au progrès des connaissances scientifiques dans le but d’améliorer la santé humaine. Forte de 430 lauréats depuis 1987, la famille des lauréats des quatre Prix de la Fondation s’agrandit donc à nouveau : joyeux 20ème anniversaire aux lauréats Coups d’élan !