En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Maison Magdalena

Accueillir des personnes prostituées et leur proposer un accompagnement dans la durée, au sein d’une maison – la Maison Magdalena – qui puisse les aider à sortir de la prostitution, à se reconstruire et à se réinsérer dans la société.

L’ACCUEIL COMME PREMIER OBJECTIF DE LA MAISON MAGDALENA

En France en 2015, on estime à 18 000 personnes environ le nombre des personnes prostituées. Pour autant, il n’existait jusqu’à récemment aucun lieu d’accueil permanent pour les personnes en situation de prostitution et qui souhaitent en sortir. La mission de l’association Magdalena, créée en 1998 par le Père Jean-Philippe Chauveau, est de venir en aide aux personnes qui vivent de la rue et dans la rue. Pour compléter cette mission et apporter une nouvelle réponse pour les aider, la Maison Magdalena se donne l’accueil pour objectif principal. Elle apporte « une nouvelle dimension aux actions existantes par un accompagnement social et humain plus approfondi en vue de la réinsertion ».

DU TEMPS, DE L’ECOUTE ET BEAUCOUP DE CONFIANCE POUR RETROUVER LE CHEMIN DE LA LIBERTE

La Maison Magdalena accueillera dans un premier temps sept personnes, accompagnées par un directeur et une maîtresse de maison. En créant une atmosphère familiale et chaleureuse, en instaurant des règles de vie en communauté et des engagements personnalisés pour chaque personne résidente, la Maison Magdalena souhaite cultiver un climat de confiance, condition nécessaire pour construire ou se reconstruire. Les séjours pourront durer plusieurs mois, le temps de retrouver plus d’autonomie et de repères, grâce à des formations et des activités diverses (une ciergerie, un potager).
La Fondation Bettencourt Schueller a souhaité accompagner la Maison Magdalena dans sa phase initiale pour ouvrir la maison et développer son activité économique d’insertion.

J’ai envie de tester cette maison. Même si c’est loin de Paris. J’ai envie de changer de vie et changer de métier. J’ai envie d’avoir des formations d’agent de nettoyage, d’informatique, de jardinage, de français, j’aimerai faire quelque chose de bien. Et être libre dans la nature. Je suis fatiguée.

Fernanda, 40 ans, venue d’Equateur

 

?>
?>
Haut
de page