Julien
Marie

Unité Inserm 1052, Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon, laboratoire « TGF-beta et échappement immunitaire » (Centre Léon Bérard, Lyon)

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2010

TGF-ß ou comment le cancer endort la surveillance immunitaire

Les tumeurs ne peuvent croître qu’en étant irriguées par la circulation sanguine et ignorées par le système immunitaire. L’équipe de Julien Marie étudie TGF-ß, une molécule qui rend possible les deux processus.

Afin d’obtenir les nutriments dont elles ont besoin pour se maintenir et se développer, les tumeurs stimulent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins à l’aide de TGF-ß (Tumor Growth Factor), une molécule qu’elles détournent ou produisent directement. L’équipe de Julien Marie s’intéresse à une autre fonction, moins connue, de TGF-ß et tout aussi utile aux tumeurs : sa capacité à réprimer le système immunitaire.

Les scientifiques du Centre de recherche en cancérologie de Lyon ont récemment démontré que les lymphocytes T, globules blancs essentiels de la réponse inflammatoire, sont la cible principale des effets régulateurs de TGF-ß. Soutenue par la Fondation pour l’aménagement et l’équipement d’une plateforme, l’équipe explore in vivo la répression de l’activation des lymphocytes T par TGF-ß.

Depuis l’obtention du Coup d’élan pour la recherche française, l’équipe a démontré que le signal donné par TGF-β aux lymphocytes T réprime leur activation contre les cellules du soi et freine leur différenciation en effecteurs des réactions inflammatoire et cytotoxique.

L’équipe se concentre à présent sur les mécanismes moléculaires et cellulaires responsables du contrôle de la tolérance des lymphocytes T aux cellules du soi par le TGF-β. Ces études de recherche fondamentale sont complétées par des approches précliniques à partir d’échantillons provenant de tissus de patients. Ainsi de nouvelles perspectives de traitement contre le cancer pourraient prochainement naître de ces travaux.

http://www.centreleonberard.fr/324-TGF-beta-et-regulation-de-la-reponse-immunitaire.clb.aspx

 

Julien Marie

Lors de son doctorat, Julien Marie enquête sur les mécanismes employés par le virus de la rougeole pour supprimer la réponse immunitaire. Il réalise à la fin de sa thèse que la molécule TGF-ß possède certainement un rôle dans la régulation des lymphocytes T, globules blancs cruciaux pour la réponse immunitaire. Au cours de son post-doctorat à Seattle, il découvre que TGF-ß intervient effectivement dans l’immunorégulation, et notamment pour éviter des réponses auto-immunes très agressives et potentiellement létales.


A son retour en France, sa position Inserm permanente lui permet de regrouper une équipe avec laquelle il développe les outils nécessaires à la compréhension approfondie du rôle de TGF-ß dans la biologie des lymphocytes T, notamment dans le contexte du cancer.


julien.marie@inserm.fr


 


 

  • 1999DEA d’immunologie, Ecole normale supérieure de Lyon
  • 1999Prix Bio-Mérieux/Université Claude Bernard Lyon 1
  • 2002Doctorat en immunologie, Ecole normale supérieure de Lyon
  • 2003-2006Post-doctorat en immunologie, laboratoire du Dr Rudensky, University of Washington, Seattle (Etats-Unis)
  • 2005Chargé de recherche de 1ère classe à l’Inserm
  • 2006Prix Arloing Courmont, Institut Pasteur/Académie des sciences de Lyon
  • 2006-2009Chercheur au laboratoire Inserm du Centre de recherche en cancérologie de Lyon
  • 2007Membre de la délégation Inserm au Lindau Nobel Price Laureate meeting
  • 2007 Prix du jeune chercheur de la ville de Lyon
  • 2008 Prix jeune chercheur de la Société française d’immunologie
  • 2009Habilitation à diriger des recherches, Université Claude Bernard Lyon I
  • 2010 Prix Coup d’élan pour la recherche française
  • Depuis 2010Chef d’équipe TGF-ß et régulation de la réponse immunitaire au Centre de recherche en cancérologie de Lyon
  • Depuis 2013Directeur de recherche de 2ème classe à l’Inserm