Philippe
Faure

laboratoire de l'unité mixte de recherche « Neurobiologie des Processus Adaptatifs » (CNRS / Université Pierre et Marie Curie, Paris)

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2009

Mêler électrophysiologie et génétique pour décoder le comportement animal et humain

Les chercheurs de l’équipe de Philippe Faure combinent mathématiques, biologie moléculaire et éthologie pour comprendre le fonctionnement normal et pathologique du cerveau, notamment dans le cadre de l’addiction.

Par quels mécanismes prenons-nous des décisions ? Comment sont-ils affectés par la dépendance à des substances telles que la nicotine? Pour répondre à ces questions et s’aventurer dans les arcanes de la délicate mécanique cérébrale, l’équipe de Philippe Faure fait appel à l’interdisciplinarité. Les chercheurs du laboratoire Neurophysiologie et comportement ont été soutenus par la Fondation pour l’équipement d’une plateforme interdisciplinaire dédiée aux enregistrements en temps réel de l’activité électrique des neurones associés à des outils génétiques et à l’étude du comportement.
L’équipe s’intéresse spécifiquement aux neurones dopaminergiques – très sensibles à la nicotine - qui sont au cœur des mécanismes de réponse à la nouveauté, à la récompense et à l’incertitude. Les études de l’exposition à la nicotine ont, depuis l’obtention du prix, permis à l’équipe de découvrir une mutation qui en régule le besoin. Les porteurs de cette mutation doivent augmenter leur consommation de tabac pour en ressentir les effets. Les perspectives d’application au sevrage tabagique sont nombreuses. La méthodologie éthologique développée par l’équipe peut par ailleurs être étendue à la quantification des effets de nombreux médicaments et manipulations génétiques sur le comportement.

http://npa.snv.jussieu.fr/npc_team/index.html

Philippe Faure

Philippe Faure s’appuie sur sa formation initiale en mathématiques et physique pour aborder des questions biologiques complexes. Il développe notamment des outils mathématiques pour analyser des données biologiques « bruyantes », noyées dans un bruit de fond comparable à la « neige » affichée par un téléviseur mal réglé. Il a ainsi été le premier à démontrer que le bruit synaptique enregistré lors d’expériences en électrophysiologie constitue en fait un véritable signal de communication inter-neuronale. Il a également développé un « langage » permettant de décrire symboliquement n’importe quel comportement animal comme une série d’états distincts, ouvrant la voie à une analyse systématique.


Philippe Faure continue à combiner ce formalisme mathématique à des approches électrophysiologiques et comportementales sophistiquées afin de comprendre les mécanismes biologiques de prise de décision et leurs altérations pathologiques, en particulier dans les addictions.


philippe.faure@snv.jussieu.fr


 


 

  • 1992 DES de techniques appliquées, Université de Poitiers
  • 1994 DEA de génie biologique et médical, Université de Lyon I
  • 1999Doctorat à l’Université Pierre et Marie Curie, Paris
  • 2005 Habilitation à diriger les recherches, Université Paris Descartes
  • 2007 Prix de la Fondation Gilbert Lagrue
  • 2009 Prix Coup d’élan pour la recherche française