En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière

L’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière réunit en un même lieu malades, médecins et près de 600 chercheurs dans l’objectif d’accélérer la mise au point de traitements pour les lésions du système nerveux. Depuis 2010, 25 équipes de recherches sont installées à Paris, sur le site de la Pitié-Salpêtrière, et travaillent grâce au soutien de partenaires institutionnels et de fonds privés. Les sujets de recherche abordés parcourent le système nerveux depuis l’échelle cellulaire jusqu’à la cognition, en passant par le développement et la réparation neuronale. Les maladies du système nerveux et le vieillissement sont au cœur des thématiques de recherche.

La Fondation Bettencourt Schueller accompagne l’Institut du Cerveau et de la Moelle depuis ses débuts.

En 2010, elle a d’abord permis à Claire Wyart de bénéficier du programme ATIP-Avenir pour son projet d’exploration in vivo des circuits nerveux qui sous-tendent la locomotion.

Les ultrasons pour guérir le cerveau ?

Elle soutient aussi le projet Ultrabrain, porté par Mickael Tanter, de l’Institut Langevin. L’Institut Langevin a été fondé en 2009 par Mathias Fink, alors titulaire de la chaire Liliane Bettencourt d’innovation technologique au Collège de France. Sur le fondement d’une découverte révolutionnaire faite en physique fondamentale par le Pr Fink, le projet Ultrabrain cherche à développer une méthode thérapeutique non invasive permettant de traiter des maladies neurologiques sans ouvrir la boîte crânienne, grâce aux ondes ultrasonores. Les premiers patients pourraient bénéficier de ce traitement dès 2017.

En 2013 enfin, la Fondation a contribué à l’acquisition d’un équipement d’imagerie couplant IRM et tomographie par émission de positons, qui permet d’étudier la structure cérébrale en temps réel et de vérifier la présence de lésions dans la maladie d’Alzheimer. En plus d’améliorer la prise en charge des patients, l’appareil permettra d’étudier le développement de la maladie. Il est en effet établi que les lésions apparaissent plusieurs années avant la survenue des premiers symptômes. Les sujets à risque pourront être suivis et l’efficacité de traitements préventifs, évaluée.

 

  • 1/4

    ICM

  • 2/4

    ICM

  • 3/4

    ICM

  • 4/4

    ICM

Haut
de page