En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

L’édition 2015 du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main

Les trois récompenses, Talents d’exception, Dialogues et Parcours, bénéficient chacune d’une dotation de 50 000 euros. Depuis l’an dernier, un accompagnement pouvant atteindre jusqu’à 100 000 euros par lauréat vient compléter la dotation afin de permettre la concrétisation et la mise en œuvre d’un projet.

Car transmission, passion, innovation, esprit d’entreprise et engagement dans la durée sont les maîtres mots de l’action de la Fondation.

La Fondation est heureuse de présenter les lauréats 2015.

Talents d'exception : récompense l'excellence d'un artisan d'art

Lauréat 2015
Christian Bessigneul, graveur et Laurent Nogues, gaufreur, pour leur ouvrage « La tenture de l’Apocalypse d’Angers ».

Avec leur collection « Sensitinéraires », les éditions du Patrimoine proposent aux personnes aveugles et malvoyantes de découvrir les Monuments nationaux. « La tenture de l’Apocalypse d’Angers » est le 5ème volume de cette série.
Composé de plus de quarante planches en relief, conçues par Christian Bessigneul, graveur, et façonnées par Laurent Nogues, gaufreur maître d’art, cet ouvrage permet de découvrir pas à pas la célèbre tapisserie médiévale, ainsi que la ville d’Angers, son château et ses détails architecturaux. Un CD audio présente l’histoire du monument et guide le parcours de lecture digitale des images.

Imprimé sur un papier japonais qui supporte la déformation sans brisure, cet ouvrage est une innovation tant du point de vue éditorial qu’esthétique. « Appuyer sur un relief sans qu’il s’enfonce est indispensable pour permettre une efficacité de lecture », explique Laurent Nogues. « Et ce n’est pas non plus parce que l’image est en relief qu’elle est lisible tactilement ».

La démarche d’élaboration impliquant des personnes aveugles a modifié la perception des concepteurs qui ont adapté les techniques, les niveaux de gaufrage comme le choix des images au ressenti des utilisateurs. « La tenture originale mesure 140 mètres de long, confie Christian Bessigneul. Nous avons repéré l’essentiel, sélectionné et réinterprété des images pour les rendre accessibles et compréhensibles ».

« Recevoir ce prix est pour nous une véritable reconnaissance », ajoute Laurent Nogues. « Il va nous permettre de nous faire connaître et de nous ouvrir à l’international. Nous souhaiterions aussi développer la recherche pour aller plus loin dans la matérialisation d’éléments différenciant ou l’association de techniques comme des vernis sérigraphiques. Nous sommes à l’aube d’une vraie révolution, à la pointe de la lecture tactile ».

Dialogues : récompense la collaboration entre un artisan d'art et un créateur

Lauréat 2015
Nicolas Marischaël, orfèvre, et Felipe Ribon, designer, pour leur œuvre « Osmos ».

Diffuseur de parfum réalisé en argent massif, « Osmos » contient des molécules odorantes qui se libèrent au passage de l’air. Les billes olfactives, régénérables, sont intégrées dans un sachet installé à l’intérieur de l’objet. Avec ses lignes gracieuses et épurées, « Osmos » est inspiré de la forme oloïde, découverte par Paul Schatz en 1929. Une fois suspendue, la masse de l’objet lui accorde la force d’inertie nécessaire pour entraîner un mouvement giratoire permettant à l’air de circuler et de libérer les billes olfactives.

« Cette pièce a été fabriquée pour l’exposition Mutations, présentée au Musée des Arts décoratifs jusqu’au 5 juillet », explique Nicolas Marischaël. « Nous avons été réunis avec Felipe Ribon pour travailler sur la mutation d’un objet. Il s’agissait de revisiter l’œuvre Hanap « Les métiers d’art » de Lucien Falize réalisée en 1895. Avec notre pièce « Osmos », nous avons réussi à démontrer le savoir-faire de l’orfèvrerie qui est un métier majeur des arts décoratifs, associer le talent du designer innovant et réfléchi, et utiliser la technologie qui diffuse un symbole majeur français, le parfum. Nous découvrons aujourd’hui que ses champs d’application sont multiples et certains restent encore à explorer, tant dans l’environnement domestique que professionnel ».

« Tout est aujourd’hui possible pour faire évoluer cet objet », se réjouit Felipe Ribon. « Nous avons défini un principe formel mais nous pouvons travailler avec d’autres matières, créer des ouvertures… Ce prix va nous offrir la possibilité de sortir cette pièce unique du musée et de diffuser plus largement cet objet. Sans compter que nous envisageons déjà d’autres collaborations. Cette pièce est entre nous le début d’une formidable histoire de création ».

 

         

Parcours : Récompense une personnalité ou une personne morale pour son engagement, ses réalisations, sa contribution au secteur des métiers d’art français, son exemplarité, sa capacité à entraîner les autres, son ambition et ses projets d’avenir

Lauréat 2015
L’Association ouvrière des Compagnons du devoir et du Tour de France.

L’Association ouvrière des Compagnons du devoir se mobilise pour permettre à chacun, homme ou femme, de s’épanouir dans et par son métier. Elle propose pour cela des formations en alternance du CAP à la licence professionnelle. Elle s’appuie sur le compagnonnage et la vie en communauté.

Le voyage reste l’une des principales caractéristiques de la formation. Il ne se limite plus à la France. Il permet de découvrir des entreprises, villes, pays, organisations de travail différentes, de se former et de s’adapter à diverses techniques.

6 650 jeunes sont en formation, en particulier pour les métiers d’art liés au  bâtiment, à la métallurgie, aux matériaux souples, à l’aménagement et la finition des bâtiments.

Le 12 juin dernier, les Compagnons du devoir ont inauguré à Pantin, en Seine-Saint-Denis, un pôle d’excellence des métiers des matériaux souples (cordonnier, sellier-garnisseur, maroquinier, tapissier) ainsi qu’une nouvelle Maison des Compagnons. 1400 m2 y sont consacrés à l’hébergement et à la formation des compagnons mais aussi à l’information et à la recherche. Soucieuse d’intégrer les enjeux contemporains et prospectifs de cette filière, la Maison s’intègre dans le tissu économique de Pantin, l’un des plus demandeurs de jeunes qualifiés dans ces métiers.

Ce sont l’exemplarité et les valeurs de cette association que le jury a souhaité encourager en lui remettant la récompense Parcours.

Ce dispositif de formation unique a su évoluer au cours des siècles afin de répondre au mieux aux problématiques des jeunes, de leur développement, de leur épanouissement et de leur insertion. Aujourd’hui, 90 % des jeunes formés trouvent un emploi à l’issue de leur formation chez les Compagnons du devoir.