En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Le documentaire social, outil pour témoigner

En 2016, la Fondation Bettencourt Schueller a soutenu deux films documentaires, Les Pépites et Et les Mistrals Gagnants, sortis en salles respectivement en octobre 2016 et en février 2017. Au-delà des images poignantes, les deux réalisateurs, Xavier de Lauzanne et Anne-Dauphine Julliand, illustrent l’engagement des acteurs de terrains et la conviction que chacun a un rôle à jouer.

Deux histoires, deux méthodes, une leçon

Les deux documentaires ont choisi deux approches très différentes. L’une est ancrée dans l’action, la remobilisation, la confiance retrouvée. L’autre est dans la douceur, la patience, l’attente même. Il est difficile de rapprocher ces deux histoires, tant est grande leur différence. Pourtant, le même courage frappe dans ces deux récits. Le courage et l’énergie d’hommes et de femmes, bien décidés à témoigner de la vivacité et de la capacité humaine à relever des défis gigantesques. Animés de la conviction profonde qu’ils peuvent faire la différence, ils démontrent qu’avec de la volonté et un profond amour de l’autre, dans le respect de sa singularité et de sa différence, il est possible de rendre le monde meilleur, de mieux vivre : « Tu crois qu’à quatre ans on meurt trop tôt ? Moi je crois qu’on meurt tous à la fin de sa vie. De sa vie à soi. Et ça ne dure jamais le même temps pour tout le monde. Mais c’est quand même la vie. Et moi j’aime la vie. » La vérité sort de la bouche des enfants, et ces quelques mots simples mais si puissants sont à l’origine du documentaire Et les Mistrals Gagnants. Quelles que soient leurs origines, leurs cultures, leurs éducations, qu’ils habitent en France ou au Cambodge, les enfants ont une vision de l’existence évidente, simple, dans laquelle cohabitent tout naturellement les rires et les larmes. Témoigner et partager ces simples constats, donne le véritable sens de la vie. Une vraie leçon de courage, donnée par Christian et Marie-France des Pallières, ce couple de retraités français qui a accompagné des milliers d’enfants pour les sortir de la décharge de Phnom Penh. Leçon de courage également d’Anne-Dauphine Julliand, cette mère de famille qui a suivi derrière la caméra, Charles, Tugdual, Ambre et Camille dans leurs parcours de vie pas comme les autres. Deux belles histoires, qui ne donnent qu’une envie, vivre la sienne.

Le cinéma au service de la société

« Les films ont le pouvoir de changer le monde » et le succès des deux documentaires soutenus par la Fondation cette année ne vont pas contredire Spielberg. Les Pépites dépasse les 150 000 spectateurs en huit semaines, alors que 94,4 % des documentaires sortis en salles ces dix dernières années sont vus par moins de 100 000 personnes selon le Centre national du cinéma en 2014. La bande annonce du film Et les Mistrals Gagnants a déjà atteint 30 000 vues en à peine un mois, alors qu’en moyenne, une vidéo sur la chaîne YouTube est visionnée 35 000 fois toutes catégories confondues et que la sortie du film est prévue pour février 2017. L’image a un impact considérable. Et le documentaire social est un outil de mieux en mieux repéré. Quel message porte le succès de ces documentaires d’un nouveau genre ? La société, en pleine mutation, aurait-elle besoin d’un message d’espoir pour illustrer les passages à l’action réussis ? Les spectateurs font l’éloge de ce « chef d’œuvre d’authenticité », « simple » et « exemplaire », des valeurs retrouvées au cœur des préoccupations actuelles. Eric Rohmer, réalisateur français, disait : « Le cinéma ne dit pas autrement les choses, il dit autre chose » et aujourd’hui, le cinéma apporte un nouveau message : Engagez-vous ! Soyez vrai ! N’ayez pas peur !
 

 

?>
?>