En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Inauguration d’une Maison de répit à Lyon

Le 18 juin dernier, Brigitte Macron et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, inauguraient la Maison de répit de la métropole de Lyon qui accueille des enfants et adultes malades ou en situation de handicap de la métropole de Lyon, et, s’ils le souhaitent, leurs proches pour des séjours réguliers de répit et d’accompagnement. Pour la première fois en France, les proches aidants sont pris en charge au même titre que les patients et accompagnés par une équipe spécialisée qui leur permet de reprendre des forces et de sortir d’un quotidien parfois éprouvant, tant physiquement que psychologiquement.

OFFRIR DU RÉPIT AUX AIDANTS FAMILIAUX

En France aujourd’hui, on estime à 8,3 millions le nombre des personnes qui accompagnent un proche au quotidien, parce qu’il est malade, handicapé ou en perte d’autonomie. Pour deux millions d’entre elles, cette aide représente plus de 50 heures de travail par semaine, ou de présence au domicile. C’est dire si l’impact sur l’écosystème familial est important. Vie de couple, liens familiaux, activité professionnelle, relations sociales, situation financière, santé… peuvent s’en trouver bouleversés. Pour preuve, 20 % des aidants décèdent avant la personne qu’ils accompagnent.

Si le retour à domicile avec des traitements ambulatoires est souhaitable dans de nombreuses situations, l’accompagnement des proches aidants est devenu un enjeu de santé publique. Il s’agit de prévenir les situations d’épuisement et les risques inhérents de rupture. Développer une offre de répit pour permettre à chacun de se reposer quelques jours, seuls ou ensemble, et d’être accompagné, est devenu indispensable.

Pour répondre à cette demande croissante, la Fondation France Répit a lancé un projet d’envergure, réunissant autour d’elle de nombreux partenaires dont la Fondation Bettencourt Schueller. Une première maison de répit d’une vingtaine de places a ouvert ses portes dans l’agglomération lyonnaise le 18 juin 2019. Implantée au cœur d’une propriété boisée d’un hectare, cette maison au style contemporain dispose de 21 chambres, permettant d’accueillir tous les jours, toute l’année, enfants et adultes malades ou en situation de handicap, quelle que soit leur pathologie, ainsi que leurs proches aidants.

Comme l’explique Henri de Rohan-Chabot, délégué général de la Fondation France Répit, « la vocation de cette maison est d’accueillir des personnes seules ou avec leurs proches jusqu’à 30 jours par an, de manière fractionnée ou continue. La surveillance médicale et le nursing sont assurés par des professionnels. Le but est de permettre aux familles de souffler quelques jours et de partager « des moments heureux. Le temps passé ici doit aussi favoriser la réflexion autour de l’organisation de la vie à domicile, permettre d’identifier les causes de l’épuisement et envisager des solutions pour parer à cette fatigue, en s’appuyant sur un suivi dans la durée des services de proximité.

« CETTE MAISON EST EXCEPTIONNELLE ET ELLE VA SE REPRODUIRE. "

A l’occasion de l’inauguration, Brigitte Macron et Sophie Cluzel ont pu échanger avec des familles accompagnées par les équipes de la Maison de répit et visiter ce lieu où tout est pensé pour le confort et le bien-être des personnes fragiles et de leurs proches.

Sophie Cluzel, déjà présente à la pose de première pierre en octobre 2017, a réaffirmé l’engagement du Gouvernement. Brigitte Macron a conclu la séquence des interventions officielles et appelé au développement des Maisons de répit sur le modèle lyonnais : « Cette maison est exceptionnelle, elle va se reproduire. "

Financée grâce au soutien de Fondations, collectivités territoriales, entreprises et groupes de protection sociale, située au cœur d’une propriété mise à la disposition du projet par la société BioMérieux, la Maison de répit sera gérée en partenariat avec la Fondation OVE dans le cadre d’un agrément accordé par l’Agence régionale de santé Auvergne Rhône-Alpes. Convaincue de la pertinence de ce projet, la Fondation Bettencourt Schueller a souhaité soutenir ce projet afin de favoriser l'accompagnement de personnes malades ou fragiles et de leur famille.

  • 1/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 2/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 3/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 4/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 5/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 6/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot

  • 7/7

    Crédit : Joséphine de Rohan-Chabot