Marie-Anne
Félix

Laboratoire Inserm 1024/CNRS UMR8197 « Evolution du développement des nématodes », Institut de biologie de l'Ecole Normale Supérieure (IBENS) - Pari

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2011

Des vers et des hommes

L’équipe de Marie-Anne Félix étudie chez le ver les fondements de la communication cellulaire et de la relation hôte-pathogène.

L’équipe de Marie-Anne Félix mène deux grands projets s’appuyant sur le minuscule ver nématode Caernorhabditis elegans. Le premier concerne la communication cellulaire nécessaire au développement de sa vulve. Les rouages de ce phénomène complexe sont orchestrés par des molécules présentes dans tout le règne animal, homme compris. Comprendre les dérèglements qui affectent la formation de cet organe apporte une connaissance fondamentale des interactions entre génétique et environnement. La recherche de Marie-Anne Félix éclaire également certains aspects du contrôle de la prolifération cellulaire qui, en cas de malfonctions, peut mener à des cancers.

Le second projet concerne la coévolution entre les pathogènes et leurs hôtes. A l’aide d’un virus naturel découvert chez le ver nématode, les chercheurs de l’équipe de Marie-Anne Félix développent un modèle prometteur en virologie. L’étude de l’évolution de l’immunité par le biais de la génétique s’en trouve facilitée. Jusqu’ici, seuls des pathogènes humains étaient utilisés avec Caenorhabditis. Mais hôtes et pathogènes ont généralement une grande spécificité mutuelle et gardent la marque génétique de leur histoire commune. L’équipe espère décrypter les mécanismes responsables de l’apparition de cette spécificité. Elle a, depuis l’obtention du prix, identifié une délétion d’ADN associée à la réplication virale présente à la fois chez Caernorhabditis et chez les vertébrés.

Soutenue par le Prix Coup d’élan pour la recherche française, l’équipe de Marie-Anne Félix s’est installée à l’Institut de biologie de l’Ecole normale supérieure où ont été mis en place des surfaces de laboratoires, une pièce de microscopie, des bureaux et des locaux accueillant des équipements de pointe nécessaires pour l’étude de Caenorhabditis.

 
http://www.ibens.ens.fr/spip.php?article255

 

Marie-Anne Félix

Marie-Anne Félix s’intéresse aux relations entre évolution du génotype - l’ensemble des gènes – et évolution du phénotype – les caractéristiques physiques -  du vers Caenorhabditis elegans depuis son post-doctorat. Ses travaux ont beaucoup contribué à la popularité de cet organisme en tant que modèle de laboratoire. Marie-Anne Félix a notamment caractérisé quelques-uns des plus importants réseaux de communication cellulaire qui sous-tendent le développement des vers nématodes et leur capacité à évoluer. Sa modélisation de la formation vulvaire des femelles et hermaphrodites a reçu un accueil particulièrement enthousiaste dans la communauté scientifique.


Son travail pionnier sur les populations « sauvages » a, quant à lui, non seulement multiplié par deux le nombre d’espèces de Caenorhabditis connues, mais a également permis d’en découvrir des pathogènes naturels, ouvrant ainsi la voie vers un tout nouvel axe de recherche en virologie et évolution.


felix@biologie.ens.fr


 


 

  • 1985 Major à l’Ecole normale supérieure, Paris
  • 1991 Doctorat, Université Pierre et Marie Curie, Paris
  • 1992Prix de la Société de physiologie générale
  • 1992Prix du Crocker Scholarship Fund
  • 1994 Médaille de bronze du CNRS
  • 1994-1997Séjour postdoctoral sur l’évolution du développement des nématodes, California Institute of Technology, Pasadena (Etats-Unis)
  • 1999 Prix de la Human Frontier Science Program Organization
  • 2010 Membre de l’European Molecular Biology Organization
  • 2011Prix Coup d’élan pour la recherche française
  • 2012 Médaille d’argent du CNRS