En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Tâm Mignot

laboratoire de Chimie Bactérienne (LCB), CNRS UPR9043 - Marseille

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2011

Se mouvoir, sans en avoir l’air

A Marseille, une équipe du CNRS explore les fondements du mouvement bactérien pour mieux comprendre l’apparition de la multicellularité.

Les bactéries, bien que dépourvues de membres, sont capables de se mouvoir. Parmi les différents types de motilité – c’est le terme employé pour désigner la mobilité d’une cellule unique – on trouve le glissement sur surface solide, dont le fonctionnement est absolument mystérieux. L’équipe de Tâm Mignot s’y intéresse chez une bactérie des sols, Myxococcus xanthus. Cette cellule cylindrique effectue notamment, sans l’aide d’aucun organe apparent, un mouvement directionnel le long de son grand axe. L’équipe a trouvé un début d’explication en identifiant un complexe protéique qui se déplace du dos au ventre de la bactérie. En soutenant la rénovation et l’équipement de leurs locaux, la Fondation aide ces chercheurs à poursuivre leur enquête fondamentale. Il s’agit de lever le voile non seulement sur la manière dont les bactéries se déplacent en milieu solide et changent de direction, mais également sur mécanismes de communication qu’elles emploient pour coopérer. En effet, Myxococcus a la particularité de former avec ses consœurs des « organes de fruitaison », conceptuellement similaires à des champignons. En explorant ce phénomène, l’équipe de Tâm Mignot espère contribuer à expliquer l’apparition de la multicellularité dans l’évolution, et donc l’origine d’organismes complexes tels que l’Homme.

 

Tâm Mignot

Fort de son expérience en post-doctorat, au cours duquel il a effectué d’importantes observations concernant les bases moléculaires de la motilité de la bactérie Myxococcus xanthus, Tâm Mignot crée dès son retour en France, en 2007, une équipe au sein de l’Institut de microbiologie de la Méditerranée, à Marseille. Avec son équipe, il a expliqué en 2010 et 2011 comment un réseau de protéines contrôle ces mouvements internes, et comment les protéines de motilité génèrent une force capable de déplacer la cellule.


Depuis l’obtention du prix, il poursuit son exploration, guidant son équipe dans l’identification des processus moléculaires nécessaires à la motilité et à l’auto-assemblage des bactéries.


tmignot@ifr88.cnrs-mrs.fr


 


 


 

  • 1998 DEA de microbiologie, Université de Nice-Sophia Antipolis
  • 2002Doctorat de microbiologie, Université Paris Diderot
  • 2002-2006Post-doctorat au laboratoire du Dr Patrick Zusman, University of California Berkeley (Etats-Unis)
  • Depuis 2006Chargé de recherche de 1ère classe au CNRS, laboratoire de chimie bactérienne de l’Institut de microbiologie de la Méditerranée, Marseille
  • Depuis 2007 Chef d’équipe Biologie cellulaire de la motilité bactérienne au laboratoire de chimie bactérienne de l’Institut de microbiologie de la Méditerranée, Marseille
  • 2007 Programme Jeune Chercheur de l’Agence nationale pour la recherche
  • 2007Prix d'accueil de la ville de Marseille
  • 2008 Human Frontier Science Program Young Investigator
  • 2010 European Research Council Starting Grant
  • 2011Médaille de bronze du CNRS
  • 2011 Prix Coup d’élan pour la recherche française