En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Olivier
Neyrolles

Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale (CNRS) à Toulouse

Prix Coups d’élan pour la recherche française - 2013

Enrayer la tuberculose

Les chercheurs de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale de Toulouse explorent les mécanismes de l’infection tuberculeuse de A à Z.

On ne pense guère, dans les pays développés, à la menace que constitue la tuberculose. Pourtant selon l’Organisation mondiale de la santé, 1,3 million de personnes en sont mortes en 2012. Si plus de 95 % des décès se produisent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires, l’apparition récente dans l’Union Européenne de souches multi-résistantes du bacille Mycobacterium tuberculosis préoccupe particulièrement les autorités de santé.

Mieux comprendre le bacille pour le combattre, voici le projet que soutient la Fondation Bettencourt Schueller en accompagnant la rénovation, la modernisation et l’équipement de la plateforme d’imagerie et du laboratoire de haute sécurité de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale de Toulouse.

Grâce à cette infrastructure, les 70 chercheurs, techniciens et étudiants du département Mécanismes moléculaires des infections mycobactériennes, co-dirigé par Olivier Neyrolles, seront en mesure d’explorer les mécanismes intimes du développement de la tuberculose et d’autres maladies affiliées, telles que la lèpre. Du fonctionnement génétique de la virulence bactérienne jusqu’aux processus immunitaires mis en jeu chez le malade, la compréhension de la pathogenèse tuberculeuse leur permettra de proposer de nouveaux outils de lutte contre la maladie. Des vaccins plus efficaces que le BCG qui n’est aujourd’hui plus obligatoire et des cibles pour de nouveaux antibiotiques, capables de faire face aux résistances émergentes, pourraient voir le jour.

http://www.ipbs.fr/?-Mycobacterial-Interactions-with-

 

  • 1/4

    neyrolles

  • 2/4

    laboratoire

  • 3/4

    laboratoire

  • 4/4

    laboratoire

?>
Olivier Neyrolles

Olivier Neyrolles rencontre la microbiologie fondamentale pour la première fois au cours de ses études d’ingénieur agronome. Un doctorat dans le domaine des pathologies humaines à l’Institut Pasteur confirme son goût pour le sujet et le bacille de la tuberculose arrive sur sa paillasse lors de son premier post-doctorat, à Londres. Il complète ses connaissances en abordant l’aspect clinique de la maladie à l’hôpital Saint Louis, puis reprend la recherche fondamentale en explorant les mécanismes qui permettent à la bactérie de parasiter les cellules. Son équipe, créée en 2008 au sein de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale de Toulouse, a notamment établi le rôle de récepteurs de l’immunité innée dans la résistance à la tuberculose et à la leishmaniose.

Elle a identifié plusieurs facteurs de virulence du bacille tuberculeux. Olivier Neyrolles et son équipe continuent à interroger le dialogue moléculaire entre agents pathogènes et cellules-hôtes, portant un éclairage neuf sur les stratégies de lutte contre la tuberculose.

olivier.neyrolles@ipbs.fr

 

 

  • 1994Diplôme d’ingénieur agronome, Ecole nationale supérieure agronomique de Rennes
  • 1994-1997Doctorat en microbiologie, Université de Rennes et Institut Pasteur, Paris
  • 1997-2000Stage post-doctoral au laboratoire du Pr Douglas Young, Imperial College London (Royaume-Uni)
  • 2000-2001Stage post-doctoral au laboratoire du Pr Philippe Lagrange, hôpital Saint-Louis, Paris
  • 2001-2004Stage post-doctoral au laboratoire du Pr Brigitte Gicquel, Institut Pasteur
  • 2004-2007Chargé de recherche de 2ème classe au CNRS, Institut Pasteur
  • 2004Habilitation à diriger des recherches, Université de Rennes
  • 2004Prix Berthe Péan de l’Académie des Sciences
  • 2007-2011Chargé de recherche de 1ère classe au CNRS
  • Depuis 2008Chef d’équipe Interactions mycobactériennes avec les cellules hôtes à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale, Toulouse
  • 2009Médaille de bronze du CNRS
  • Depuis 2011Directeur de recherche de 2ème classe au CNRS
  • Prix Coup d’élan pour la recherche française