En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Yves Gaudin

Directeur de recherche au CNRS, Responsable du département de virologie et de l’équipe Rhabdovirus au sein de l’Institut de Biologie Intégrative de la Cellule à Gif-sur-Yvette

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2019

Morphogenèse, structure et fonctions des usines liquides formées par le virus de la rage

Au sein de la plateforme Imagerie-Gif, dans le nouveau bâtiment de l’I2BC livré fin 2019, Yves Gaudin équipe son laboratoire d’un microscope confocal à disque rotatif grâce au Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française.

« Le virus de la rage n’a pas disparu, bien au contraire : il est responsable de 50 000 décès par an dans le monde et aucun traitement n’est possible une fois que la maladie se déclare. Seule la vaccination protège. A l’intérieur de la cellule, le virus utilise l’énergie et la machinerie cellulaire pour produire de nouvelles particules virales. Dans le cytoplasme de la cellule infectée, on observe des inclusions de 0,5 à 3 µm de diamètre appelées corps de Negri. J’étudie la morphogenèse, l’organisation, la fonction et les dynamiques de ces structures ».

Par différentes approches de microscopie, l’équipe observe l’organisation fine, sub-micrométrique, des corps de Negri. Ils sont une nouvelle catégorie d’organites liquides sans membrane. Ils se forment par séparation de phases liquides et se comportent dans le cytoplasme cellulaire un peu comme des gouttes d’huile qui ne sont pas miscibles dans l’eau. Ce sont des structures très dynamiques qui s’assemblent et se désassemblent rapidement en fonction de l’environnement. L’enjeu est de comprendre les bases moléculaires de cette séparation de phase, de déterminer la composition des corps de Negri, de comprendre les mécanismes qui permettent aux virus de quitter l’usine, une fois assemblés, et les interactions subtiles entre ces usines et les mécanismes de défense antivirale de la cellule.

 

YvesGaudin

Au sein de la plateforme Imagerie-Gif, dans le nouveau bâtiment de l’I2BC livré fin 2019, Yves Gaudin équipe son laboratoire d’un microscope confocal à disque rotatif. Cet équipement est essentiel pour réaliser des expériences d’imagerie en temps réel sur des cellules infectées, en niveau de confinement 2, condition nécessaire pour la manipulation du virus de la rage. Avec la microscopie à super-résolution, ces techniques permettront de mieux décrire l’organisation dynamique et en trois dimensions des corps de Negri et du cytosquelette qui les entoure.
Les usines liquides pourraient ainsi devenir de nouvelles cibles de stratégie antivirale dans le combat contre la rage mais aussi contre d’autres virus aux usines liquides, comme la rougeole, les oreillons ou même Ebola.

yves.gaudin@i2bc.paris-saclay.fr

www.i2bc.paris-saclay.fr

  • 1988Ingénieur de l'École Polytechnique, Palaiseau
  • 1989DEA, Université Paris VII
  • 1992Doctorat en biochimie – virologie, Université Paris VII
  • 1999Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris VII
  • 1999Bourse du programme « Action Concertée Incitative (ACI) Blanche », Ministère de la recherche
  • 2012Équipe labellisée, Fondation pour la Recherche Médicale
  • Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française, Fondation Bettencourt Schueller