En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Bernard
Solon

Métiers du métal 2005 - Lauréat

Prix Liliane Bettencourt pour l'intelligence de la main - Talents d'exception - 2005
  • 1/5

    Crouet à deux dents

  • 2/5

    Crouet à deux dents

  • 3/5

    Crouet à deux dents

  • 4/5

    Crouet à deux dents

  • 5/5

    Crouet à deux dents

Le prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main - Métiers du métal 2005, récompense le taillandier Bernard Solon pour son Crouet à deux dents.

Outil caractéristique de l’Orléanais, le crouet à deux dents sert à bêcher la vigne. Avec la réalisation de cet outil dont le taillandier a emmanché et forgé la lame, Bernard Solon prouve qu’il n’a rien perdu de cette maîtrise ancestrale et patrimoniale. La réalisation de cet outil témoigne de la sauvegarde d’un savoir-faire unique.

C’est selon moi l’un des plus beaux outils de la terre de notre région, un des plus difficiles aussi à réaliser. On en faisait jusqu’à 60 exemplaires par an au début du siècle dernier, mais je n’en avais plus fabriqué depuis 25 ans

Bernard Solon, taillandier.

 

 

Bernard Solon

Issu d’une lignée de taillandiers d’œuvres blanches depuis quatre générations, Bernard Solon reprend la forge familiale à Orléans en 1955. 


Il est l’un des derniers en France à exercer ce métier consistant à forger à la main des outils à taillants tranchants tels que serfouettes, herminettes, fendoirs, planes, binettes et autres piochons utilisés couramment jusqu’au milieu du XXème siècle par les agriculteurs, les vignerons, les pépiniéristes, les horticulteurs et les tonneliers de la région d’Orléans. 


Récompensé par le prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main en 2005, il peut à partir de cette date commencer à former à son tour des stagiaires et des apprentis en coutellerie et ferronnerie. Une initiative précieuse grâce à laquelle il peut espérer transmettre un savoir-faire rare. 


 


 

 


  • 2008Entreprise labellisée Entreprise du patrimoine vivant
  • 2007Chevalier de l’Ordre national du Mérite
  • 2005Chevalier de l’Ordre national du Mérite
  • 2005Lauréat du prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main
  • 1991Diplôme de maître artisan
  • 1986Réalise vingt outils classiques de la région orléanaise pour le Musée national des arts et traditions populaires à Paris
  • 1955Reprend la taillanderie Alexis, fondée par son grand-père
  • 1945Apprentissage
  • 1930Naissance