En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Nicolas
Blanchard

Docteur en sciences

Dotation du programme ATIP-Avenir - 2009

Développer l’immunité contre le paludisme et la toxoplasmose

L’équipe de Nicolas Blanchard étudie les rouages de la réponse immunitaire contre les parasites eucaryotes intracellulaires afin de développer des vaccins.
Près d’un tiers de la population mondiale serait potentiellement affectée par l’agent responsable du paludisme, Plasmodium spp. Ce parasite intracellulaire, tout comme son proche cousin Toxoplasma gondii, à l’origine de la toxoplasmose, provoque une réponse immunitaire dans les lymphocytes T CD8+. Ces lymphocytes sont encore appelés « T killers » en raison de leur capacité à détruire directement des cellules cibles. Afin d’arriver à maturation et d’effectuer leur tâche, ces globules blancs doivent rencontrer une partie spécifique du micro-organisme intrus : l’antigène.

Soutenu par la Fondation pour la création de son équipe au Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, Nicolas Blanchard souhaite remédier au manque de connaissances concernant les antigènes de Plasmodium et Toxoplasma. En effet, sans caractérisation des antigènes naturels, le développement de vaccins est impossible. De plus, ces parasites font partie de la famille des eucaryotes, ou cellules à noyau. Les caractéristiques de la réponse immunitaire à leur encontre sont moins bien connues que pour les bactéries.

Les recherches de l’équipe du Dr Blanchard s’articulent autour de quatre objectifs : décrypter le traitement par les globules blancs des antigènes de Toxoplasma, élucider les liens entre polymorphisme parasitique et immunité, examiner in vivo l’induction de globules blancs spécifiquement crées pour la destruction des parasites et évaluer la faisabilité de vaccins protéiques contre la toxoplasmose.

NicolasBlanchard

Dès les premières étapes de sa carrière, Nicolas Blanchard s’intéresse aux différents aspects de la reconnaissance des antigènes par les lymphocytes T. Son doctorat à l’Institut Curie l’amène à étudier les synapses immunologiques formées entre ces cellules et celles de présentation à l’antigène, points de contact essentiels au déclenchement efficace de la réponse immunitaire adaptative. Le Dr Blanchard complète son expertise au cours de son post-doctorat en décryptant les mécanismes du traitement des antigènes par les cellules immunitaires.


Il a notamment découvert le premier antigène naturel de Toxoplasma gondii capable d’induire une réponse immunitaire dans les lymphocytes T cytotoxiques (CD8+).  Il a également révélé que le traitement enzymatique de cet antigène à l’intérieur des lymphocytes est critique pour le déclenchement de l’immunité contre le parasite. Ces découvertes posent les premières pierres pour l’élaboration de vaccins contre la toxoplasmose et sa maladie cousine, le paludisme.


nicolas.blanchard@inserm.fr



 


 

  • 1999 Diplôme d’ingénieur, Ecole polytechnique, Palaiseau
  • 2000DEA d’immunologie fondamentale et clinique, Université Paris Descartes
  • 2004 Doctorat de biologie moléculaire et cellulaire et immunologie, Université Paris Descartes
  • 2004-2009Post-doctorat, sous la direction du Dr Nilabh Shastri, University of California, Berkeley (Etats-Unis)
  • 2009Lauréat du programme ATIP-Avenir du CNRS et de l’Inserm en partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller
  • 2010Chargé de recherche de 1ère classe à l’Inserm, chef de l’équipe Avenir-ATIP Parasites intracellulaires eucaryotes : immunité et pathophysiologie, centre de pathophysiologie de Toulouse Purpan