En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Les Ateliers Médicis

Situés au cœur des communes dites sensibles de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil en Seine Saint-Denis, les Ateliers Médicis ont choisi de relever un formidable défi. Implanter un lieu ouvert à tous pour encourager la jeune création et offrir une culture réellement accessible. Le point avec Olivier Meneux, son directeur, sur ce projet soutenu dès la première heure par la Fondation Bettencourt Schueller.

La Fondation Bettencourt Schueller vient de s’engager aux côtés des Ateliers Médicis. Pouvez-vous les définir en quelques mots ? 

Ces ateliers constituent un projet à la fois culturel et social et cette double dimension est au cœur même de notre ambition. Implantés à Clichy-sous-Bois et Montfermeil – des communes marquées par une profonde relégation sociale et économique -, ils se fixent pour mission d’offrir aux habitants un projet culturel accessible à tous. L’objectif est de promouvoir une société dans laquelle chacun trouve sa place et nous avons la conviction que ce défi passe par la culture. Cette mission, pensée de façon locale, pourra être transposée sur un plan national avec une idée forte, il faut implanter de l’art dans les villes mais aussi (et surtout) dans leurs périphéries.

Comment ce projet va-t-il s’articuler concrètement ? 

Il sera finalisé à l’horizon de 2023 avec l’ouverture d’un grand lieu culturel regroupant une résidence d’artistes, des espaces dédiés à la transmission, à l’enseignement mais également à toutes les formes de création. Cet horizon coïncide avec l’ouverture de la gare du Grand Paris Express qui permettra - avec le tramway mis en place dès 2019 - de relier et connecter enfin le territoire. Ces communes deviendront alors un lieu de rayonnement et non d’assignation. L’inauguration constituera le point d’orgue d’une aventure déjà largement initiée. En effet, nous n’avons pas voulu attendre six années car nous avons ressenti une vraie impatience de la population, de la jeunesse surtout. Voilà pourquoi nous sommes déjà au travail. Nous créons des liens avec les habitants, nous organisons des expositions, des rencontres...

Pourquoi le soutien de la Fondation compte-t-il pour vous ?

Il va nous permettre de construire un lieu éphémère en attendant 2023. Les Ateliers Médicis vont, en quelque sorte, faire vivre notre aventure et garantir son ancrage dans le quartier. Leur construction a été confiée aux architectes Nicolas Delon et Julien Choppin, de l’agence Encore Heureux. Tous deux ont pensé une structure démontable et réutilisable. Une demeure de bois très haute avec quatre niveaux et une vaste terrasse ouverte sur la ville. On y entrera par la salle de spectacle et on y circulera en s’élevant, ce qui est la fonction de l’art. Lieu de cultures, de rencontres et de solidarité, cette maison est aussi le symbole de notre partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller, l’expression de nos valeurs communes.

Depuis la mise en place du projet, vous avez déjà organisé de multiples événements. Parlez nous notamment de ces « temps suspendus »...

Nous organisons, tous les trimestres, des moments d’échanges autour de diverses formes artistiques et culturelles. Deux fois déjà, un cinémobile est venu présenter des programmes principalement dédiés aux enfants. Lors de nos dernières projections, nous avons découvert qu’une grande partie d’entre eux n’étaient encore jamais allés au cinéma.... Par ailleurs, les ateliers accueillent en résidence des artistes qui travaillent, en ce moment, autour du thème « faire lieu, prendre place ». Façon de réfléchir sur la difficulté de vivre dans un espace relégué, au milieu de travaux sans fin. Parmi eux, Alice Diop (César du meilleur court-métrage 2017) qui écrit son prochain long-métrage et organise des sessions d’éducation à l’image dans les collèges.

Et quels projets à venir ?

Les prochains artistes en résidence travailleront autour d’un nouveau fil rouge : « traduire le monde », une problématique magnifique dans un territoire qui fait cohabiter plus de 80 cultures. Il y aura bien sûr des expositions, des spectacles mais également des ateliers pour les jeunes et leurs familles, la création d’un journal participatif pour esquisser le Clichy et le Montfermeil de demain. Une autre façon de penser le monde. Non plus en termes de réparation mais d’invention.... 

 

  • 1/4

    Ateliers Médicis

    ©Agence Encore Heureux

  • 2/4

    Ateliers Médicis

    ©Agence Encore Heureux

  • 3/4

    Ateliers Médicis

    ©Grégoire Perrier - Horizon de Chloé Moglia, Clichy-sous-Bois, sept.2016

  • 4/4

    Ateliers Médicis

    ©Agence Encore Heureux