En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Il fallait une fondation pour l’audition

Prévenir, dépister, accompagner les déficiences auditives, soutenir la recherche…

La Fondation Pour l'Audition est sur tous les fronts pour promouvoir les solutions en faveur de l’audition.

LES CHIFFRES SONT OBJECTIVEMENT IMPRESSIONNANTS

  • Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 360 millions de personnes dans le monde souffrent de déficience auditive.
  • Elles devraient être plus d’un milliard en 2050.
  • En France, près de 6 millions de personnes sont concernées. La limitation fonctionnelle auditive est le handicap le plus répandu dans l’Hexagone.
  • Toutes les tranches d’âge sont concernées par la déficience auditive, qui croît rapidement avec l’âge : 20 % des personnes de plus de 50 ans, 75 % des plus de 70 ans.
  • Toujours selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 50 % des jeunes adultes des pays à haut revenu s’exposent à des niveaux sonores dangereux pour leur santé. Il devient essentiel de mettre en place des mesures de prévention, faute de quoi des troubles de l’audition apparaîtront chez des personnes de plus en plus jeunes.

Nous le savons tous, pour en faire l’expérience avec nos proches, ce problème de santé est aussi un drame social. La perte d’audition est aussi un puissant facteur d’isolement et de désocialisation. C'est effectivement l’audition qui relie les êtres entre eux. Elle contribue aussi de façon forte à maintenir les capacités cognitives chez les plus âgés et éviter la survenue des maladies de la mémoire.
Pourtant, et même si les choses commencent à changer, nos sociétés continuent de garder ce problème tabou. Les représentations sociales de la surdité et de la malentendance demeurent très négatives et pèsent sur les personnes atteintes de ces handicaps sensoriels.
Ce triple enjeu de santé, de vie et de société mobilise déjà de nombreux acteurs, depuis longtemps. Mais les actions demeurent insuffisantes et les efforts dispersés.

La Fondation Pour l’Audition

C’est pour rassembler, fédérer, porter cette cause, s’inspirer des expériences étrangères que la Fondation Pour l’Audition, une association créée en 2011, s’est transformée fin 2016 en fondation reconnue d’utilité publique, forte désormais d’une gouvernance, d’une vision, d’un projet et de partenaires.
Dans le domaine des troubles auditifs la Fondation Pour l’Audition est la première fondation d’utilité publique à se positionner simultanément dans deux champs indissociables : la recherche et ses applications innovantes d'une part, et l’aide aux personnes d'autre part. 
La Fondation Pour l’Audition a lancé cette année ses premiers prix scientifiques pour soutenir la recherche française ; les lauréats de la première édition de cet appel à projets ont été choisis par un jury scientifique international au mois d’octobre dernier. Les fondements d’un Institut de l’Audition ont aussi été posés en partenariat avec la fondation Voir et Entendre pour développer la recherche fondamentale et ses applications cliniques, en étroite coopération avec les équipes hospitalo-universitaires de l'Assistance Publique des hôpitaux de Paris. 
En parallèle, le programme d’aide aux personnes a pour objectif de soutenir des associations qui œuvrent pour les personnes malentendantes, de développer la protection de la santé auditive, la prévention ainsi que de promouvoir les solutions existantes et leur utilisation.
Un nouveau campus neurosensoriel se développe autour de l’Institut de la Vision dirigé par le professeur José-Alain Sahel. Le nouvel Institut de l’Audition dirigé par le professeur Christine Petit est installé au 63 rue de Charenton, Paris 12e. La fondation est installée à proximité de ce campus innovant.  
Depuis 2013, la Fondation Bettencourt Schueller a contribué à la structuration du projet, à l’avancement de ses partenariats, à la recherche de son modèle économique. Elle a témoigné ainsi de son aptitude à exercer un rôle d'incubateur en faveur de projets d'utilité sociale.