En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Une rentrée des classes au diapason

Cartables, crayons, livres et chansons. Replacer la musique au cœur de l’éducation, tel est l’objectif du plan Chorale élaboré par le ministère de l’Education nationale et le ministère de la Culture. La « Rentrée en musique » a été l’occasion d’initier de nouvelles actions en ce sens. La Fondation Bettencourt Schueller a suivi avec le plus grand intérêt les initiatives de ses porteurs de projet lors de cette rentrée scolaire.

 

Portée conjointement par les ministres de l'Education nationale et de la Culture, la seconde édition de la « Rentrée en musique » a permis aux écoles, collèges et lycées de débuter l’année scolaire par des concerts. Le chant a souvent été privilégié, intégrant ainsi ces temps forts de rentrée au plan Chorale visant à développer la pratique vocale collective.
La Fondation Bettencourt Schueller, mécène pionnière dans ce domaine, a soutenu plusieurs de ces initiatives.  

UN NOUVEAU PROJET PORTE PAR LA PHILHARMONIE DE PARIS

La Fondation est partenaire de la Philharmonie de Paris pour le nouveau projet d’éducation musicale intitulé « EVE » (Exister avec la Voix Ensemble) dont l’ambition est de renouveler la pédagogie du chant choral à l’école en accordant davantage d’attention à l’épanouissement des capacités émotionnelles et relationnelles de l’enfant et à son développement global par la musique. Destiné à des enfants en école élémentaire avec un suivi sur trois années scolaires, du CE2 au CM2, le projet débute avec deux chœurs « pilotes » d’une soixantaine d’enfants constitués dans deux groupes scolaires franciliens qui suivront une activité́ musicale de janvier 2019 à juin 2021. À l’issue de ces trois années d’expérimentation, la Philharmonie de Paris, ses partenaires de l’Education nationale et la Fondation disposeront d’un outil pédagogique de grand intérêt pour les professionnels, susceptible de dynamiser la pratique du chant choral et méritant une diffusion aussi large que possible.

LA MAITRISE POPULAIRE DE L’OPERA-COMIQUE A DONNE SA LEÇON

Forte des succès remarqués dans sa lutte contre le décrochage scolaire, la Maîtrise a été sollicitée, dans le cadre du plan Chorale, pour diffuser ses méthodes et le répertoire vocal polyphonique comme moteur d’interaction sociale. Ainsi, pendant la semaine de la rentrée scolaire, 53 professeurs de musique venus de plusieurs académies ont bénéficié d'une formation au sein du théâtre de l'Opéra-Comique. Sarah Koné, directrice de la Maîtrise Populaire, et son équipe ont dévoilé leurs outils pédagogiques. Une proposition pluridisciplinaire, s'appuyant sur la méthode d'enseignement Dalcroze, qui fait le lien entre la danse, le théâtre et le chant... Pour l'occasion, les professeurs se sont donc retrouvés dans la peau des élèves le temps de cette formation autour de la Flûte enchantée de Mozart.   
 

 

LES CONCERTS DE POCHE « CHANTENT POUR MIEUX S’ENTENDRE »

Les Concerts de Poche ont également participé à la seconde édition de la « Rentrée en musique ». Au sein de 13 établissements scolaires situés en zone rurale, dans des quartiers Politique de la ville et en REP (réseaux d’éducation prioritaire), des ateliers musicaux ont été menés par un chef de chœur ou un musicien et une médiatrice. Au programme : écoute musicale, échauffement vocal collectif, apprentissage d’un chant classique simple et échanges avec les artistes. Cette rentrée en musique fut l’occasion d’initier, dans plusieurs de ces établissements, des ateliers « longue durée ».
Ils permettront aux élèves de bénéficier d’ateliers de pratique vocale hebdomadaires pendant plusieurs mois afin qu’ils soient en mesure de se produire en première partie du concert prévu dans leur commune. Ce concert, ouvert à tous les habitants, réunira un public mixte et intergénérationnel pour un beau moment de partage.

DES ARTISTES A L’ECOLE

Laurence Brisset, cheffe de chœur de l’ensemble De Caelis, lauréat du Prix Liliane Bettencourt pour le chant choral, avait rendez-vous avec des collégiens à Flers. Après leur avoir interprété une récitation d’Aperghis, l’heure fut à la discussion : qu’est-ce que chanter ? Quel est le principal outil du chanteur ? Comment la musique est-elle notée, graphiquement ? Après avoir découvert cette partition contemporaine, ils ont pu, lors d’un atelier, réaliser leur propre partition graphique.
Nombreux sont nos porteurs de projet, comme Laurence Brisset, à avoir été sollicités par la délégation académique à l'action culturelle pour mettre leur talent et leur expertise au service de projets associant les enseignants, leurs élèves et des artistes de renom. La Fondation suivra avec beaucoup de plaisir les différentes étapes de ces projets et leurs restitutions publiques en fin d’année. Tous témoignent d’une générosité, d’une envie de partage et d’un souci de proposer une expérience à forte valeur ajoutée, porteuse de sens. Sont notamment privilégiés les projets interdisciplinaires, directement en lien avec les programmes.

En permettant au projet EVE de voir le jour, en soutenant la maîtrise de l’Opéra-Comique, les Concerts de Poche pour qu’ils fassent chanter des personnes éloignées des lieux de culture, et en accompagnant les actions de médiation des artistes lauréats, la Fondation Bettencourt Schueller assume un rôle de philanthrope innovant, attentif aux évolutions sociétales et en phase avec son temps.

 

 

  • 1/8

    © ph Jacob

  • 2/8

    © Gil Lefauconnier

  • 3/8

    © Fondation Bettencourt Schueller

  • 4/8

    © Fondation Bettencourt Schueller

  • 5/8

    Lever de rideau avec les enfants © Vitry le Francois

  • 6/8

    © Didier-Bonnel

  • 7/8

    © Isabelle Morel

  • 8/8

    © Isabelle Morel