En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

De nouvelles initiatives pour les enfants en grande fragilité

En 2017, la Fondation Bettencourt Schueller a renforcé son engagement pour des associations qui accompagnent les enfants placés par l’Aide sociale à l’enfance. Agés de 0 à 18 ans, ces enfants connaissent des parcours de vie chaotiques marqués par des violences familiales, des difficultés sociales ou psychologiques, une grande précarité sociale. Fidèle à son mode d’action, la Fondation a choisi de soutenir des projets innovants qui visent à améliorer la prise en charge et l’accompagnement de ces enfants. 

RECRÉER DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL AUTOUR DE L’ENFANT 

Pour la plupart des enfants suivis par l’Aide sociale à l’enfance, le passage à l’âge adulte rime avec la fin des placements. Peu de dispositifs existent pour les jeunes placés dans des foyers lorsqu’ils atteignent l’âge de la majorité. Ils sont alors contraints de retourner dans leur famille et ce retour est souvent vécu comme une souffrance, les parents, eux-mêmes fragiles, n’étant pas en capacité d’accueillir leur enfant dans de bonnes conditions. 

Afin de lutter contre l’échec de ces retours en famille, la Fondation soutient une initiative nouvelle de l’association du Prado. Cette association qui œuvre pour la protection de l’enfance teste un dispositif nouveau : dès l’arrivée d’un jeune en foyer, ses liens et relations sont analysés afin d’identifier, avec lui, des personnes qui pourraient l’accueillir ou l’accompagner à sa sortie (un proche de la famille, une tante…). Une fois ces personnes identifiées, des rencontres sont organisées avec le jeune pour renouer les liens.

Cette démarche expérimentale du Prado permet de recréer du lien familial et social autour du jeune, une réalité indispensable à sa construction et à son insertion dans la société. Chaque jeune est partie prenante de cette démarche et devient ainsi l’acteur principal de sa reconstruction. 

LA PÉDAGOGIE DU SCOUTISME AU SERVICE DES ENFANTS LES PLUS FRAGILES

Avec la même volonté d’améliorer la prise en charge des enfants suivis par l’Aide sociale à l’enfance, le projet Colibri développé en 2017 par les Scouts et Guides de France a également reçu le soutien de la Fondation. En parfaite cohérence avec la conviction que chacun doit pouvoir se construire un avenir et se choisir un destin, le projet Colibri place le jeune en situation active vis-à-vis de son projet de vie.

Dans un nouveau lieu de vie ouvert au sein du centre national des Scouts et Guides de France de Jambville, des adolescents de l’Aide sociale à l’enfance sont invités à vivre une parenthèse de quelques semaines dans un cadre fondé sur la pédagogie scoute. Vie en équipe, respect de la nature, apprentissage par le jeu ou encore progression personnelle sont les piliers du séjour dans le centre. Après une première période d’apaisement, les jeunes sont invités à se mobiliser autour d’un projet collectif et d’un projet personnel. Cette parenthèse de vie, loin du centre d’accueil habituel, permet aux jeunes de grandir et de se responsabiliser. C’est également l’occasion de réunir l’ensemble des acteurs s’occupant des enfants (parents, éducateurs, assistantes sociales…) afin de mener une réflexion commune sur chaque projet de vie. La dernière période au Colibri est consacrée à la préparation du retour dans le centre d’origine et à l’accueil des nouveaux arrivants.

A travers ces projets, la Fondation Bettencourt Schueller valorise ceux et celles qui cherchent des solutions pour améliorer la prise en charge des enfants fragilisés par la vie et leur permettre de poser un regard plus positif sur leur avenir. Ces deux initiatives sont parfaitement en ligne avec l’objectif poursuivi par la Fondation de promouvoir une société où chacun trouve sa place, quel que soit son parcours de vie ou ses différences.