En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

COP21, cinéma, réflexions sur l’Homme et ses rapports avec le monde

 

Alors que l’agenda international de cette fin 2015 est marqué par l’organisation à Paris de la COP 21, la production cinématographique française célèbre l’homme et l’environnement avec la sortie de plusieurs films, dont trois sont soutenus par la Fondation Bettencourt Schueller :

  • La Glace et le Ciel de Luc Jacquet (présenté en clôture du festival de Cannes en mai, en salles le 21 octobre prochain),
  • Les Saisons de Jacques Perrin (en salles le 27 janvier 2016),
  • HUMAN de Yann Arthus-Bertrand (en salles et sur les plateformes Google depuis le 12 septembre, présenté en clôture de la Mostra de Venise, et diffusé sur France 2 le 29 septembre).

Trois créations d’une qualité et d’une profondeur exceptionnelles, un manifeste pour chacun des trois réalisateurs…

 

La Glace et le Ciel 

« Je n’ai pas le luxe d’être pessimiste. Le temps n’est plus aux états d’âme mais à l’action. J’ai confiance dans la capacité de l’homme à devenir un gestionnaire de ressource. » Ce principe d’action cher à Luc Jacquet porte une création pluri média organisée autour du récit de l’épopée de Claude Lorius et des pionniers de la glaciologie, à partir de 1956. Elle retrace l’aventure scientifique qui a permis de révéler au monde les origines du changement climatique.

Luc Jacquet et Wild-Touch nous permettent de comprendre le parcours d’un homme qui, après vingt-deux expéditions polaires (plus de dix ans passés en Antarctique), nous confie : « on ne voit pas arriver l’Antarctique, on butte contre lui.  J’en suis rentré avec un regard unique sur le monde, et surtout cette empathie folle avec la planète sur laquelle je vis ».

Luc Jacquet, réalisateur de La Marche de l’Empereur (Oscar du meilleur documentaire en 2006), n’en est pas non plus à sa première rencontre avec le monde polaire. Son nouveau film est le moteur d’un « métaprojet », non lucratif, autour d’une plateforme pédagogique digitale, d’un laboratoire d’innovation et d’expositions artistiques. Une approche multicanaux qui porte le message plus près des publics les plus stratégiques pour l’avenir : les jeunes générations.

LES SAISONS 

« Filmer la nature, c’est une capacité à regarder. Rechercher quelque chose qui s’impose. C’est un moment unique, l’attente d’une rencontre. Une école de patience. ». Déjà mis en œuvre lors de précédents long-métrages, ce savoir-regarder revendiqué par Jacques Perrin comme le premier pas vers la connaissance devient émerveillement dans la caméra du réalisateur. Il nous emporte une fois encore à travers cette nouvelle œuvre cinématographique. Elle relate la longue et tumultueuse histoire des relations entre l’homme et la nature depuis la fin de l’ère glaciaire et l’apparition des saisons.

C’est le premier film à raconter l’histoire de l’Europe à hauteur des animaux qui l’ont toujours peuplée. Le défi technique nous permet d’éprouver la violence des charges sauvages des troupeaux traversant la forêt, de planer au raz de la canopée, de bondir d’arbre en arbre, en suivant près de soixante-dix espèces d’animaux. D’être l’un des leurs au sein de la meute. Cette expérience sensorielle est aussi poétique, comme toujours chez le réalisateur qui nous rappelle que « l’image contient l’imaginaire, un imaginaire qui se libère avec la sensibilité de chacun. ».

HUMAN

« Ce film est un acte politique. C’est un film qui regarde les autres. Tous les autres. Quelque chose qu’on ne sait plus faire aujourd’hui. »

C’est ainsi que Yann Arthus-Bertrand décrit le film qu’il a réalisé à partir d’images aériennes et de témoignages face caméra où les hommes et les femmes se racontent dans ce qu’ils ont d’intime, de douloureux ou d’heureux, dans la souffrance ou dans l’humour. Autour des grandes questions et des grands mystères qui nous habitent : l’amour, la vie, la guerre, la mort, la différence, le pardon…  Trois ans, près de 110 tournages, plus de 2 000 entretiens font désormais partie de l’histoire de ce projet, dont l’objectif est de montrer qu’au cœur des histoires individuelles et des regards sur la vie s’expriment d’incroyables ressources pour vivre et rendre le monde meilleur. « Si je savais parler, je ne ferais pas d’images », ajoute l’auteur qui livre, pour entrecouper ces portraits poignants et parfois difficiles, des images inédites et d’une beauté époustouflante sur la terre des humains.

  • 1/3

    Affiche Film La glace et le ciel

  • 2/3

    Affiche Film Human

  • 3/3

    Affiche film les saisons