En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

May-Britt et Edvard
Moser

Kavli Institute for Systems Neuroscience, Université norvégienne de science et de technologie, Trondheim

Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant - 2006

Le triangle équilatéral, unité de notre cartographie neurale

Comment nous souvenons-nous des endroits que nous avons visités ? Edvard et May-Britt Moser transforment notre compréhension de la mémoire spatiale et construisent ainsi de nouvelles voies pour appréhender cognition et comportement.
Dans la boîte noire qu’est encore le cerveau, Edvard et May-Britt Moser ouvrent une large fenêtre. Leurs travaux s’orientent vers la compréhension de la mémoire, sous toutes ses formes. Au Centre pour la biologie de la mémoire qu’ils dirigent au sein de l’Université norvégienne de sciences et de technologies, de nouvelles méthodes sont développées pour comprendre comment le cerveau encode, stocke et se rappelle des informations.

En 2005, ces recherches ont abouti à un résultat particulièrement important : la découverte chez le rat de « cellules en grille » (grid cells) qui fonctionnent comme un GPS interne. Ces neurones se trouvent dans un fin tissu cérébral, le cortex entorhinal et ont été depuis observés chez plusieurs autres espèces de mammifères, dont l’homme. Lorsque l’animal se déplace librement dans un espace connu, ses grid cells s’activent de manière à créer une carte formée de triangles équilatéraux, assemblés en hexagones. L’équipe d’Edvard et May-Britt Moser a été en mesure de démontrer cela grâce à l’enregistrement de neurones uniques. A chaque fois que le neurone enregistré émet un signal, la position de l’animal est marquée d’un point rouge. On constate ainsi que la grid cell est excitée uniquement lorsque l’animal atteint les bordures des triangles prédéterminés.
Ces neurones sont particulièrement intéressants puisque la régularité de la grille ne provient en rien d’une régularité de l’environnement ou des informations sensorielles disponibles pour l’animal. La structure spatiale abstraite construite à l’intérieur du cerveau par les grid cells semble au contraire être imposée par l’environnement.

Edvard et May-Britt Moser continuent à explorer la manière dont les « cellules en grille » fonctionnent, sont générées et interagissent avec d’autres types de neurones spécialisés dans la localisation spatiale. Ils s’intéressent également au fonctionnement des différents types de mémoire qu’utilise le cerveau. Ils dirigent les recherches du Centre pour la biologie de la mémoire vers des découvertes susceptibles de transformer la compréhension des fondements du comportement et de la cognition des mammifères.

Edvard et May-BrittMoser

May-Britt et Edvard se sont mariés en 1985, alors qu’ils étaient encore étudiants à l’Université d’Oslo. Intéressés par l’étude de l’intersection entre comportement et physiologie, ils convainquent Per Oskar Andersen, neurophysiologiste reconnu, de les prendre tous les deux en thèse dans son laboratoire. Au cours d’un très bref post-doctorat, ils apprennent les méthodes d’étude de la navigation dans l’espace du cerveau et des enregistrements de neurones individuels auprès de John O’Keefe. Le neuroscientifique de l’University College de Londres a notamment découvert les  « cellules de lieu » (place cells), neurones de l’hippocampe qui s’activent lors du passage à un endroit spécifique.


Les Moser veulent comprendre comment ces neurones interagissent avec les autres neurones du cerveau et tout particulièrement avec ceux qui encodent également la localisation dans l’espace. C’est le but vers lequel ils tendent depuis la création de leur propre laboratoire, en 1996 à Trondheim.


Leur découverte des « cellules en grille » (grid cells) leur permet de décrypter des phénomènes plus généraux du fonctionnement du cerveau, du cortex en particulier.


Des applications pourraient bientôt voir le jour, notamment dans le cadre du diagnostic précoce de maladies neurodégénératives. En effet, le cortex entorhinal dans lequel se trouvent les grid cells présente, chez certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer, des lésions qui pourraient être détectées très tôt.


edvard.moser@ntnu.no
may-britt.moser@ntnu.no


Retrouver l'Interview exclusive d'Edvard et May-Britt Moser LAURÉATS DU PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2014


Click here to read the exclusive interview of Edvard & May-Britt Moser in the english version


 


 

  • 1995 Doctorats en neurophysiologie, Université d’Oslo, Norvège
  • 1996 Professeurs associés en psychologie biologique, Université norvégienne de science et de technologie, Trondheim
  • 1999 Prix pour les jeunes scientifiques, Académie royale norvégienne des sciences et des lettres
  • 2002 Fondateurs du Centre pour la biologie de la mémoire, Université norvégienne de science et de technologie, Trondheim
  • 2005Prix W. Alden Spencer, College of Physicians and Surgeons of Columbia University, Etats-Unis
  • 2006 Prix Betty et David Koetser pour la recherche sur le cerveau, Université de Zürich
  • 2006 Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant
  • 2007 Directeur et co-directrice, Kavli Institute for Systems Neuroscience, Université norvégienne de science et de technologie, Trondheim
  • 2008 Eric K. Fernström’s Great Nordic Prize, Fondation Fernström, Université de Lund
  • 2011 Prix Anders Jahre, Norvege
  • 2011Prix Louis-Jeantet pour la médecine, Suisse
  • 2012 Prix Perl-Unc en neurosciences, Etats-Unis
  • 2013 Prix Louisa Gross Horwitz, Etats-Unis
  • 2014 Prix Karl Spencer Lashley, Etats-Unis
  • 2014Prix Nobel de physiologie ou médecine (Suède)