En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

José-Alain
Sahel

Inserm/Université Pierre et Marie Curie Institut de la Vision, hôpital des Quinze-Vingt, Paris

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2000

Rendre la vue aux victimes de dégénérescence oculaire

L’équipe de José-Alain Sahel a été soutenue par la Fondation pour son exploration de la greffe rétinienne.
L’œil est généralement considéré comme l’outil le plus complexe développé par l’évolution. Longtemps, la communauté scientifique n’espérait pas même envisager de réparer des dommages liés à la dégénération de ses tissus.

Le projet de José-Alain Sahel, soutenu par la Fondation Bettencourt en 2000, a porté de nombreux fruits depuis sa mise en place. Il s’agissait alors d’équiper son laboratoire de Strasbourg d’outils de rétinographie, pour observer le fond de l’œil, et d’angiographie, pour observer les vaisseaux sanguins, afin de suivre la mise en place de greffons intraoculaires.

José-Alain Sahel et ses collaborateurs ont en effet découvert que dans des pathologies telles que la dégénérescence maculaire liée à l’âge, première cause de cécité en Europe, la greffe de cellules bâtonnets aidait à la survie des cônes, principales cellules photoréceptrices et victimes de la maladie.

Peu après l’obtention du prix, les chercheurs sous la direction du Pr Sahel ont décrypté le mécanisme moléculaire de cette interaction cellulaire. Ils ont démontré que les photorécepteurs à bâtonnets produisent un facteur moléculaire (RdCVF) qui aide à la survie des photorécepteurs cônes. RdCVF fait partie des molécules à fort potentiel thérapeutique aujourd’hui testées à l’Institut de la vision.

José-Alain Sahel

La longue pratique hospitalière en ophtalmologie du Pr Sahel le confronte à l’incurabilité d’une majorité des patients touchés par une dégénérescence d’origine génétique et liée à l’âge. Ses recherches s’axent depuis leurs débuts sur ces rétinopathies pigmentaires et sont d’emblée translationnelles. Le laboratoire de physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine qu’il crée à Strasbourg associe recherche clinique et fondamentale. Ce laboratoire est aujourd’hui au cœur de l’Institut de la Vision, qui rassemble à Paris plus de 250 chercheurs universitaires et industriels, en présence d’une quinzaine de start-up susceptibles de transformer rapidement les découvertes en innovations technologiques.


José-Alain Sahel conduit l’Institut vers la compréhension et la prévention de la perte de vision centrale dans les dégénérescences maculaires liées à l’âge, avec des activités de recherche en biologie du développement, physiologie ou encore en thérapie génique.


jose.sahel@inserm.fr


 


 

  • 1980 Doctorat de médecine, médaille de la faculté de Paris
  • 1980-1984Internat des hôpitaux de Strasbourg
  • 1984-1986 Chef de clinique, Hôpitaux universitaires de Strasbourg
  • 1984 Diplôme national d’ophtalmologie
  • 1985 Prix IPSEN de la recherche, Fondation IPSEN
  • 1986 Prix de la Fondation de la recherche thérapeutique
  • 1986-1987 Post-doctorat au Département d’ophtalmologie, Harvard Medical School, Boston (Etats-Unis)
  • 1988-2002 Professeur d’ophtalmologie, Université de Strasbourg
  • 1988-2002 Directeur du laboratoire de pathologie oculaire, Université de Strasbourg
  • 1990 Prix de la recherche, Société française d’ophtalmologie
  • 1993-1995 Visiting Professor of Ophtalmology, University of Wisconsin (Etats-Unis)
  • 1992-2002 Directeur de l’unité Inserm Physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine, Université de Strasbourg
  • 2000 Prix Coup d’élan pour la recherche française
  • Depuis 2001 Chef de service d’ophtalmologie, hôpital des Quinze-Vingt, Paris et chef de service d’ophtalmologie et de pathologie vitréo-rétinienne, fondation Rothschild, Paris
  • Depuis 2001 Professeur des sciences biomédicales à l’Institut d’ophtalmologie de l’University College à Londres (Grande-Bretagne)
  • Depuis 2002 Professeur d’ophtalmologie, Université Pierre et Marie Curie, Paris
  • 2002-2008 Directeur de l’unité Inserm Physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine, hôpital Saint-Antoine puis hôpital des Quinze-Vingts, Paris
  • 2005 Trustee Award, Foundation Fighting Blindness
  • 2005 Prix Emilia Valori, Académie des Sciences
  • 2005 Co-fondateur de Fovea Pharmaceuticals, aujourd’hui Division d'ophtalmologie de SANOFI
  • 2006 Membre de l’Académie européenne d’ophtalmologie
  • 2006 Grand prix scientifique de la Fondation NRJ, Institut de France
  • 2007 Membre de l’Académie des Sciences, Institut de France
  • Depuis 2009 Directeur de l’unité Inserm/Université Pierre et Marie Curie Institut de la Vision, hôpital des Quinze-Vingts, Paris
  • 2012 Médaille de l'innovation du CNRS
  • 2013 Co-fondateur des start-up : Pixum Vision et Gensight
  • 2016Membre de l’Académie des Technologies