En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Les Toits de l'espoir

Dans une démarche intégrée, les Toits de l’espoir rapprochent de l’emploi des personnes en insertion, transforment des maisons vacantes en logements sociaux et accompagnent des familles en difficulté vers le logement autonome et la réinsertion sociale.

Une solution originale pour réduire le mal-logement

Emmaüs et Le Relais, un réseau d’entreprises qui créent des emplois durables pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, ont fondé les Toits de l’espoir en 1996. Cette société coopérative de production a pour objectif de répondre au besoin croissant de logements à loyer accessible. Concrètement, les Toits de l’espoir proposent aux propriétaires d’habitations vétustes et vacantes de les rénover à faibles coûts. Les travaux sont faits par des salariés en insertion. En contrepartie, les propriétaires acceptent de transformer leur bien en logement social et le louent à des familles défavorisées.

 

Une opération intéressante pour les propriétaires

En s’engageant à transformer leur bien en logement social ou très social pendant une période de neuf à quinze ans, les propriétaires peuvent faire financer une partie des travaux de rénovation par l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) et bénéficier d’aides communales. Les revenus fonciers tirés des locations sont ensuite défiscalisés.

Des logements adaptés aux besoins des locataires

Le plus souvent, les habitations rénovées sont des maisons indépendantes avec jardin. Les Toits de l’espoir sélectionnent les locataires qui signent un bail, s’acquittent d’un loyer, même modeste, et sont accompagnés dans leur démarche de réinsertion (gestion du budget familial, gestion énergétique, lutte contre les gaspillages, accompagnement vers l’emploi, etc.).

 

En faire plus !

L’expérience montre que 85 % des familles accompagnées ont réussi leur réinsertion économique par l’acquisition d’un logement décent. Depuis 1996, plus de deux mille logements ont été rénovés et plus de neuf mille personnes relogées. La Fondation Bettencourt Schueller a soutenu les Toits de l’espoir dans le renforcement des équipes pour accroître l’extension territoriale du programme. Implanté en Picardie et en Ile-de-France depuis 2013, l’extension en Midi-Pyrénées réalisée en 2012 est un succès, l’équipe a été renforcée cette année par une assistante à mi-temps. L’agence  Rhône-Alpes basée à Lyon est en activité depuis le mois d’avril 2014.

 

Notre objectif : lutter contre la misère et l’habitat indigne par la création de logements pour les plus modestes.

Marc Mordacq, co-fondateur des Toits de l’espoir

 

  • 1/5

    les toits de l'espoir

  • 2/5

    les toits de l'espoir

  • 3/5

    les toits de l'espoir

  • 4/5

    les toits de l'espoir

  • 5/5

    les toits de l'espoir

Haut
de page