En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant

Les lauréats

2018
Close Veit Hornung PROFESSEUR - Gene Center and Department of Biochemistry - Ludwig-Maximilians-Universität - Munich, Allemagne

COMPRENDRE LES PROTÉINES AU COEUR DE L’INFLAMMATION CHRONIQUE

À l’université Louis et Maximilien de Munich, Veit Hornung décrypte, avec son équipe, les mécanismes moléculaires de l’inflammation et révèle la puissance du système immunitaire inné.

De nombreuses années durant, le système immunitaire inné a été considéré comme un résidu archaïque de l’évolution, exerçant l’intérim jusqu’à ce que le système adaptatif puisse se déployer. Des travaux récents, parmi lesquels ceux de Veit Hornung tiennent une place prépondérante, ont joué un rôle majeur dans la découverte des véritables fonctions du système immunitaire inné, loin d’être rudimentaires. Ce système est capable de réagir instantanément à une infection et régit la détection du non-soi ainsi que l’initiation et l’orchestration subséquentes des réponses immunitaires adaptatives.

Parmi les réponses de l’immunité innée, l’inflammation est particulièrement importante pour combattre l’infection et rétablir l’équilibre cellulaire. Malheureusement, lorsqu’elle se dérègle, elle entraîne des maladies souvent chroniques dont le coût est estimé en Europe à plus de 6 milliards d’euros par an.

Au cœur de la réponse inflammatoire et du projet récompensé par le Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant, siège l’inflammasome NLRP3. Ce complexe protéique s’assemble dans le cytoplasme lors de la détection de pathogènes ou de signaux d’alarme, et déclenche une cascade enzymatique qui aboutit à l’inflammation et à la mort cellulaire. L’équipe de Veit Hornung a découvert de grandes différences entre le NLRP3 humain et celui, plus largement étudié, de la souris. Le doctorant embauché sur les fonds du Prix explorera l’activation du NLRP3 humain et celle de son substrat principal, la molécule IL-1ß. Cette molécule orchestre de nombreuses fonctions centrales au cours de la réponse inflammatoire, par exemple l’activation locale d’autres cellules immunitaires ou l’induction systémique de la fièvre.

Un nombre important de maladies multifactorielles largement répandues, tels que le diabète de type II, la maladie d’Alzheimer, la goutte ou l’athérosclérose, provoquent des inflammations chroniques par le biais de NLRP3. Comprendre comment l’inflammasome répond aux signaux de dommages cellulaires endogènes, en l’absence de pathogène, pourrait rapidement aboutir à l’élaboration de solutions thérapeutiques.

  • 1/1

    © Gil Le Fauconnier

?>
VeitHornung

Dès son post-doctorat, en 2006, Veit Hornung découvre le premier mécanisme moléculaire de détection des ARN viraux par le système immunitaire. La molécule impliquée dans ce dépistage, l’hélicase à ARN RIG-I, réagit à l’intrusion dans le cytosol de certains acides nucléiques viraux. En collaboration avec le Pr Gunther Hartmann et son équipe, le jeune chercheur pousse sa découverte plus loin et développe un agoniste, une molécule capable d’activer l’hélicase RIG-I et de provoquer une puissante réponse antivirale. Cette molécule de synthèse évoque de prometteuses réponses immunitaires antitumorales et antimicrobiennes.

En 2014, les deux chercheurs créent la start-up RIGONTEC pour transférer cette découverte au monde médical. L’agoniste est étudié en phase clinique depuis 2017, démontrant la possibilité de transformer directement des découvertes fondamentales en outils médicaux.

Veit Hornung continue ses recherches sur les mécanismes de détection du non-soi par le système immunitaire et leurs conséquences sur l’infection et l’inflammation. En moins de dix ans, son équipe a identifié et caractérisé plusieurs molécules majeures participant à ces processus de signalisation moléculaire. La dissection de ces processus dans les cellules immunitaires est possible grâce aux technologies de génie génétique. Les résultats de ces travaux pourraient eux aussi être directement transposables à des applications pharmaceutiques pour conjurer les maladies inflammatoires.

hornung@genzentrum.lmu.de

  • 2003-2004Diplôme puis doctorat de médecine, Ludwig-Maximilians- Universität, Munich, Allemagne
  • 2003-2006Recherche post-doctorale et direction d’une équipe de recherche dans le groupe du Pr Gunther Hartmann, Division de Pharmacologie clinique, Hôpital Universitaire de Munich, Allemagne
  • 2006-2008Séjour post-doctoral dans les laboratoires du Pr Eicke Latz et du Pr Katherine Fitzgerald, Division of Infectious Diseases and Immunology, University of Massachusetts Medical School, Worcester, Massachusetts, États-Unis
  • 2007Prix Heinz Maier-Leibnitz, Fondation allemande pour la Recherche (DFG)
  • 2009Starting Grant, European Research Council
  • 2010Prix Paul-Martini, Fondation Paul-Martini
  • 2010Prix de la meilleure recherche médicale fondamentale, Fondation GlaxoSmithKline
  • 2013Prix Pettenkofer, Fondation Max von Pettenkofer
  • 2014Directeur de l’Institut de Médecine moléculaire, Université de Bonn, Allemagne
  • Depuis 2015Chaire d’Immunobiochimie, Ludwig-Maximilians- Universität, Munich, Allemagne
  • 2015Consolidator Grant, European Research Council
  • 2015Membre élu, EMBO
  • 2016Membre élu, Académie allemande des sciences Leopoldina
  • 2018Prix Gottfried Wilhelm Leibniz, DFG