En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Programme ADSF

Une prise en charge globale pour améliorer la santé physique et mentale des femmes.

40% des personnes sans abri sont aujourd’hui des femmes et la plupart renonce à se soigner. Face à ce constat, l'ADSF – Agir pour la Santé des Femmes lutte au quotidien pour améliorer leur prise en charge et leur état de santé, via des équipes mobiles et des centres d’accueil dédiés à Paris, Lille, et bientôt Marseille. 

 

En France, les femmes sont de plus en plus nombreuses à vivre sous le seuil de la pauvreté et en situation de grande exclusion. Dans un contexte où se protéger et se nourrir deviennent des priorités, beaucoup cessent de se préoccuper de leur santé. Selon le dernier rapport du Haut Conseil à l’égalité hommes femmes, 64% des personnes ayant renoncé à accéder aux soins pour des raisons économiques sont des femmes.

 

Une prise en charge globale…

Depuis 20 ans, l’ADSF agit pour améliorer l’état de santé des femmes les plus fragiles, dans le droit fil de la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé : « la santé est un état complet de bien-être physique, mental et social et ne consiste pas en une seule absence de maladie ou d’infirmité » Dans cet esprit, l’association œuvre de façon globale, pour la santé physique, mentale et la situation sociale de toutes celles qu’elle accompagne.

 

Et très concrète

Pour cela, l’association part à la rencontre des plus précaires, sur leurs lieux de vie, par l’intermédiaire des « frottis truck », camions aménagés pour réaliser des dépistages et accueillir les femmes dans un lieu sécurisé et confidentiel. Les professionnels de santé et du social de l’ADSF ainsi que les « Femmes Repaires » (femmes issues du public cible et qui participent aux actions de l’ADSF) invitent les femmes rencontrées à bénéficier d’un premier entretien médical et/ou psychologique et, en fonction de leurs besoins, établissent avec elles un parcours de soin. Ils les accueillent également aux « Repaires Santé », à Barbès et Porte de Saint-Ouen pour Paris, et à Wazemmes pour Lille. Autant de lieux où elles sont écoutées, peuvent prendre soin d’elles (accès à l’hygiène – menstruelle, corporelle, vestimentaire -, espaces de repos, collations…) et être orientées pour l’accès à un parcours de soin . En complément, l’association propose un suivi social notamment pour l’ouverture de leurs droits en santé. Dans le même temps, l’ADSF développe des formations destinées au personnel de santé, pour améliorer la prise en compte et en charge de ces femmes nécessitant des besoins spécifiques.

Des objectifs ambitieux pour 2022

En 2020 ; l’ADSF a rencontré 2251 femmes et en a accompagné 1185 vers un parcours de soin. Présente principalement en Ile-de France, l’association a ouvert une antenne à Lille en 2019. Elle cherche désormais à stabiliser sa structure, à élargir son réseau de professionnels de santé et à développer des actions envers les femmes aux profils les plus complexes. Elle compte notamment mettre en place un dispositif d’appartements-maisons en co-gestion afin de remplacer le système très coûteux de location de chambres d’hôtels utilisé dans les situations d’urgence. Elle envisage enfin de développer ses activités à Marseille, où les besoins sont très nombreux.

 

L’accompagnement de la Fondation

L’ADSF mène sur le terrain un travail de qualité. Peu de structures connaissent aussi bien les besoins dans le domaine de la santé de ces femmes en situation de grande précarité. Celle-ci leur apporte une aide précieuse et parfaitement adaptée.

Le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller va permettre son renforcement et une amplification de ses actions.

 

Je ne suis pas malheureuse mais en vieillissant on est laissés tombés. Le jour du confinement, j’ai rencontré l’ADSF, je les ai suivis car j’en avais marre d’être dehors. J’étais en contact avec eux pendant toute la durée du confinement. Ils m’ont trouvé un hôtel, de quoi manger, et j’ai pu rencontrer du personnel soignant […] J’irai toujours les voir, ça m’a sauvé la vie

Chantal, 68 ans

 

 

  • 1/8

    © ADSF - Pauline Gauer

    Maraude à la gare de Lyon - Paris

  • 2/8

    © ADSF - Pauline Gauer

    Maraude à la gare de Lyon - Paris

  • 3/8

    © ADSF - Patrick Bar

    Distribution à Paris

  • 4/8

    © ADSF - Patrick Bar

  • 5/8

    © ADSF - Pauline Gauer

    Maraude à la gare de Lyon - Paris

  • 6/8

    © ADSF - Patrick Bar

    Maraude au bois de Vincennes - Paris

  • 7/8

    © ADSF - Patrick Bar

    Distribution de couches

  • 8/8

    © ADSF - Patrick Bar

    Maraude dans les rues de Paris

Haut
de page