En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

ADIE

Permettre aux jeunes en difficulté de créer leur entreprise. Grâce à l’initiative CréaJeunes de l’ADIE, des jeunes issus de quartiers défavorisés se lancent dans la création de leur propre entreprise. Créée en 1989 par Maria Nowak, l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) transpose en France le modèle de microcrédit mis au point par la Grameen Bank de Mohammed Yunus.

 

PERMETTRE AUX EXCLUS DU CRÉDIT BANCAIRE D’ENTREPRENDRE

L’ADIE finance sous forme de microcrédits remboursables les petits entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire, en particulier les chômeurs et les allocataires de minima sociaux.

Elle les accompagne gratuitement avant, pendant et après la création de leur entreprise. Depuis 1989, près de 132 000 microcrédits ont été accordés. Plus de 93 000 entreprises ont été créées. Et 84 % des entrepreneurs sont réinsérés professionnellement.

DONNER AUX JEUNES LES CLÉS DE LA CRÉATION D’ENTREPRISE

L’ADIE a décidé de renforcer son action pour les jeunes. Depuis des années, le taux de chômage des jeunes dépasse 20 %, et peut atteindre jusqu’à 40 % dans les quartiers sensibles. Or plus des deux tiers des jeunes de 18 à 24 ans souhaitent créer leur propre activité, contre 29 % pour l’ensemble des Français. Ce souhait est encore plus fort dans les zones urbaines sensibles où la discrimination et l’absence de réseau pénalisent l’entrée dans la vie active.

En 2007, l’ADIE a lancé CréaJeunes, un parcours qui aide les jeunes à entrer dans un cercle vertueux de confiance en soi et d’acquisition de savoirs et de conseils pour prendre sa vie en mains et créer son entreprise. Des ateliers et séances de formation introduisent aux différentes dimensions de la création d’entreprise (utilisation des outils informatiques, ateliers commerciaux, environnement juridique et fiscal, recherche de financement, comptabilité et gestion, etc.). Un tuteur bénévole accompagne chaque jeune dans son projet. Un jury entraîne les jeunes à présenter leur projet. Les bénéficiaires peuvent aussi s’appuyer sur le réseau de l’ADIE pour se lancer.

Le programme est déployé dans 18 sites ; depuis son lancement, plus de 5 200 jeunes en ont bénéficié. Selon les premiers résultats, un tiers d’entre eux crée son activité dans les mois qui suivent, un autre tiers trouve un emploi salarié. La Fondation Bettencourt Schueller soutient l’accompagnement de 80 jeunes répartis dans toute la France.
L’École d’économie de Paris évalue actuellement l’impact du programme.

« Ma plus grande réussite a sans doute été de changer la vision que la société avait des chômeurs, en démontrant qu’ils peuvent créer des entreprises durables. »

                                                               Maria Nowak, fondatrice de l’ADIE

 

 

 

?>
  • 1/4

    adie

  • 2/4

    adie

  • 3/4

    adie

  • 4/4

    adie

Haut
de page