En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

500 fonds et fondations engagés pour améliorer l’éducation des jeunes

Lancé en octobre 2014, le Cercle Education, constitué au sein du Centre français des fonds et fondations, a été initié par trois acteurs majeurs, les Apprentis d’Auteuil, l’association Pierre Bellon et la Fondation Bettencourt Schueller. Ses objectifs : mutualiser les connaissances et favoriser la coopération pour développer et optimiser les actions de terrain dans l’éducation. Ce cercle repose sur un comité de pilotage rassemblant 12 fondations.

Pour agir, le Cercle Education se devait de mieux identifier les acteurs français, d’affiner le périmètre de leurs champs d’intervention et les méthodes mises en œuvre. Une vaste étude a été lancée : plus de 65 fondations ont été sollicitées. Son but, cartographier les fondations agissant en France dans le domaine de l’éducation auprès de jeunes âgés de moins de 16 ans. 

 

Résultats de cette étude exceptionnelle

500 fonds et fondations engagés pour l’éducation

Les premiers résultats de ce travail, réalisé en collaboration avec le Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie (Cerphi), ont été présentés au Conseil économique social et environnemental le 4 février 2016. Ils révèlent un secteur dynamique, dans lequel près de 500 fonds et fondations s’impliquent pour améliorer l’éducation des plus jeunes en France. Il s’agit de structures jeunes : les deux tiers d’entre elles existent depuis moins de 15 ans.

Des modes d’action variés

Les deux tiers des fonds et fondations interrogés disposent d’un budget Education inférieur à 300 000 euros par an, la moyenne des dépenses s’élevant à 80 000 euros. On note toutefois que 15 % des fonds et fondations du domaine éducatif bénéficiant de budgets plus importants dépensent 1,6 million d’euros par an, voire même bien davantage pour 7 % d’entre eux, portant la moyenne tous fonds confondus à 916 000 euros chaque année.

​La lutte contre l’échec scolaire, une priorité

Favoriser l’égalité des chances, renforcer le lien social et accompagner le développement de l’enfant sont les principaux moteurs des fonds et fondations qui agissent dans le secteur de l’éducation. Permettre à tous les enfants de réussir passe dès lors par la lutte contre le décrochage scolaire, l’acquisition des savoirs fondamentaux, l’inclusion scolaire, l’accès à l’éducation… Si les fondations opératrices gèrent leurs propres programmes, les fondations distributrices soutiennent à la fois des associations et des établissements scolaires, qui  sont majoritairement des structures publiques. 64,5 % des fondations interviennent ainsi au sein de l’école, durant les temps scolaires et extrascolaires. Un tiers d’entre elles participent également à des activités d’éducation artistique, citoyenne ou sportive. A noter que 34 % des fondations mènent des actions auprès des familles, 56 % dans les centres socioculturels, ou encore 18 % dans les bibliothèques ou dans les médiathèques.

Deux enjeux encore inexploités

Peu d’actions vers les très jeunes publics

La question des âges, une question révélatrice. Plus l’enfant avance en âge, plus il bénéficie d’actions d’accompagnement, laissant à penser que le curatif prime sur le préventif. Si les interventions destinées aux enfants de 7 à 10 ans, 11 à 13 ans ou 14 à 16 ans sont multiples, celles à destination des plus petits (0 à 3 ans) se font rares. Si cette question reste primordiale, c’est parce que porter une attention particulière aux tout-petits, de 0 à 3 ans, renforcerait les objectifs d’égalité et d’efficacité quant à l’impact des interventions des fondations dans les champs éducatifs.

Des disparités régionales

L’enquête révèle également de fortes disparités, les zones urbaines concentrant un grand nombre d’actions au détriment des zones rurales, bien que la moitié des fonds et fondations interviennent sur l’ensemble du territoire. 64 % des interventions sont mises en place dans les zones urbaines ; seules 8 % des actions sont ciblées sur les zones rurales.

Le rapport final sera disponible en ligne sur le site du Centre français des fonds et fondations dans le courant du mois de mars 2016.

Les rencontres du Cercle : des temps d’échange et de partage

Pour favoriser l’échange entre ses membres, le Cercle Education organise à intervalles réguliers des ateliers de réflexion animés par un expert :

- réflexion sur l’impact d’une action en faveur de l’éducation menée sans les enseignants. (10 décembre 2014),

- partage d’expériences autour des initiatives menées en Europe, avec intervention du Dr Roland Kaehlbrandt (10 mars 2015),

- liens entre éducation et art, et leur impact sur les élèves, les artistes mais aussi sur les nombreux enseignants (30 mai 2015).