En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Dotation du programme ATIP-Avenir

  • Créer de nouvelles équipes de recherche

    Depuis 2005, la Fondation Bettencourt Schueller est partenaire du programme Avenir de l’Inserm. Le programme ATIP-Avenir est aujourd’hui un label d’excellence reconnu, une référence pour l’obtention d’autres financements. Quatorze dotations ont été attribuées depuis que la Fondation est associée à ce programme.

    En 2009, elle s’est aussi associée au programme ATIP du CNRS. Il favorise le retour en France ou l’installation en France de jeunes chercheurs de très haut niveau, porteurs d’un projet de recherche de qualité exceptionnelle, et désireux de créer leur propre équipe.

    La dotation est de 300 000 euros.

    Les 14 dotations attribuées ont bénéficié à dix chercheurs français de retour en France et à trois chercheurs européens ayant choisi de s’y établir. Cinq équipes se sont installées à Paris, trois à Bordeaux, trois à Toulouse, deux à Montpellier et une à Marseille.

Les lauréats

2020
Close Paul Conduit Chargé de recherche au CNRS, Chef de l’équipe « Régulation des microtubules chez les animaux multicellulaires » à l’Institut Jacques Monod à Paris

Percer les secrets du squelette des neurones

Comprendre la manière dont les cellules se régulent, en fonction de leur nature et de leur forme, est tout l’enjeu des travaux de Paul Conduit au sein de la jeune équipe de recherche qu’il a créée à l’été 2020 à l’Institut Jacques Monod à Paris.

Paul Conduit s’intéresse particulièrement à la formation des microtubules, ces filaments microscopiques indispensables au développement des cellules et qui forment une variété impressionnante de réseaux, à de nombreux stades de développement. Ils font partie du squelette de la cellule et en conditionnent la forme. Lors de la division cellulaire, ces microtubules jouent par exemple un rôle essentiel pour la séparation des chromosomes entre les deux nouvelles cellules. Un des enjeux majeurs de la recherche est d’identifier l’organisation et la régulation des microtubules dans le temps et dans l’espace. Pour cela, Paul Conduit s’intéresse spécialement aux neurones. En effet, lorsque l’organisation spatiale des microtubules est défaillante dans les neurones, elle peut mener à des troubles neurodégénératifs. Elle peut aussi être la conséquence des traitements anti-cancéreux par chimiothérapie. 

L’enjeu de la recherche de Paul Conduit consiste à comprendre les mécanismes moléculaires qui régissent la formation des microtubules. Ce processus se produit les centres organisateurs des microtubules (MTOC). Paul Conduit s’intéresse à comprendre quels centres organisateurs sont particulièrement en jeu dans les neurones et comment ils sont activés. Il cherche aussi à identifier la manière dont les microtubules sont régulés et comment cette régulation change lors des maladies neuronales. L’objectif est de mieux comprendre l'effet d’une mauvaise régulation des microtubules au sein des neurones.

Son laboratoire s’appuie sur la génétique, l’imagerie des cellules vivantes et l’utilisation d’un modèle animal multicellulaire : la mouche drosophile. Ces outils permettent aux chercheurs de combiner très précisément la manipulation du génome et l'imagerie sur des cellules in vivo.

La dotation du programme ATIP-Avenir permettra à Paul Conduit de consolider son équipe en recrutant un post-doctorant et de développer ses axes de recherche pendant 3 ans, avec l’espoir que sa recherche ouvre de nouvelles perspectives dans la lutte contre le cancer et les maladies neurodégénératives.

https://www.ijm.fr/994/equipes/regulation-des-microtubules-chez-les-animaux-multicellulaires.htm

 

Equipe : 

- Corinne Tovey, post-doctorante

- Akila Yagoubat, post-doctorante (dès janvier 2021)

- Adrià Chorro, doctorant

 

Comprendre comment s’organisent les neurones est la clé pour traiter les maladies neurodégénératives 

Paul Conduit

 

 

Paul Conduit

Après des études de biologie à l’Université de Birmingham, Paul Conduit a rejoint le laboratoire du Docteur John Kilmartin au sein du laboratoire de biologie moléculaire du Medical Research Council à Cambridge, pour se consacrer à l’étude de la division cellulaire.

Il décide ensuite de réaliser sa thèse sur la formation des centrosomes, ces centres de ralliement cellulaire qui ont un rôle essentiel dans la division des cellules. Pendant son séjour post-doctoral à l’université d’Oxford, il étudie les mécanismes moléculaires qui permettent au centrosome de croitre rapidement pendant la mitose pour pouvoir ensuite organiser les nombreux chromosomes nécessaires à la division cellulaire. 

En 2015, il crée sa propre équipe au sein du département de zoologie de Cambridge pour étudier la formation et l’organisation des microtubules, tant au niveau des centrosomes que des autres MTOC dans les cellules, dont les neurones. Il participe également à l’enseignement de premier cycle.

À l'été 2020, Paul Conduit crée sa propre équipe à l'Institut Jacques Monod à Paris.

paul.conduit@ijm.fr

  • 2010Doctorat en biologie, Université de Cambridge, Royaume-Uni
  • 2010-2014Post-doctorat à la Sir William Dunn School of Pathology, Université d’Oxford
  • 2015-2020Welcome Trust and Royal Society Sir Henry Dale Fellow, Université de Cambridge
  • 2017Prix New Investigator du Biotechnology and Biological Sciences Research Council (BBSRC)
  • 2018Bourse de la Chaire d’excellence, Université Paris Diderot
  • 2020Chargé de recherche au CNRS, Institut Jacques Monod, Paris
  • 2020Dotation du programme ATIP-Avenir, Fondation Bettencourt Schueller