En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Rencontre avec les lauréats 2014 des prix scientifiques

Favoriser le networking et l’accompagnement de ses lauréats sont des éléments essentiels dans l’engagement de la Fondation. Reportage.

Les 20 lauréats des prix scientifiques de la Fondation (Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant, Prix Coups d’élan pour la recherche française, dotation du programme ATIP-Avenir et Prix pour les jeunes chercheurs) se rassemblent dans les locaux de la Fondation. Cet après-midi du mercredi 8 avril est consacrée à l’échange et au networking.

Des qualités au cœur « des valeurs entrepreneuriales de cette ambitieuse et généreuse fondation familiale ».« Une fondation qui a choisi d’inscrire son action dans le temps », souligne Olivier Brault. En proposant des aides pluriannuelles, permettant aux chercheurs de bénéficier d’un confort de travail et d’une vision à long terme, mais aussi en accompagnant ses lauréats dans la durée. « Car dans la recherche et le progrès, ce sont les personnes qui font la différence ». Dans son allocution d’accueil, Olivier Brault, directeur général de la Fondation Bettencourt Schueller, célèbre la capacité imaginative et les talents de réalisation des 20 lauréats primés en 2014.

La Fondation croit aux hommes, aux histoires, au networking. Notre rôle est aussi de les aider à tisser des relations de talent, d’amitié et d’entraide.

Un propos confirmé par le Pr Hugues de Thé, président du conseil scientifique de la Fondation.

Pendant toute l’après-midi, conseils pratiques, témoignages, confidences sont dispensés aux lauréats. D’abord par le Dr André Le Bivic. Directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut de biologie du développement de Marseille-Luminy, il insiste sur la nécessité de préparer son retour de post-doctorat, présentant les diverses alternatives offertes aux chercheurs.

D’anciens lauréats viennent ensuite partager leurs expériences. Plusieurs insistent sur la difficile mais nécessaire recherche d’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Le Dr Claire Wyart, lauréate ATIP-Avenir 2010, confie avec beaucoup de générosité et de naturel, les « aléas » de son parcours. « Après ma thèse, j’ai passé un an en Asie, tentant un Défi Jeunes. Certains pensent que c’est une erreur. Je suis convaincue du contraire. Cette parenthèse m’a permis de mûrir, de prendre le temps, et finalement de réaliser des choix qui me conviennent. Mes diverses expériences ont développé ma réflexion. Elles m’ont permis d’identifier les bonnes questions à se poser comme chercheur et de développer de très bons modèles. Aujourd’hui je m’épanouis et je me réalise dans mon métier. N’est-ce pas là l’essentiel pour faire avancer la recherche et surtout la faire aboutir ? »

La journée s’achève dans un moment amical. Les lauréats de la promotion 2014 se retrouvent, échangent, confient leurs impressions. « Cette journée s’est révélée très riche. Je sentais intuitivement que l’aspect personnel était important mais je n’en avais peut-être pas mesuré toutes les implications », explique une des femmes chercheurs présentes ce jour-là. Pour un autre, il s’agit d’une expérience nouvelle. « Je mesure l’importance du réseau et de la nécessité d’échanger entre nous pour gagner en efficacité ».

Le networking, introduit par le Pr Hugues de Thé, prend ici tout son sens, pour aider ces chercheurs remarquables à s’épanouir et se révéler pleinement pour que l’aide de la Fondation atteigne son objectif : « donner des ailes au talent ».

Depuis 1990, 332 prix scientifiques ont été attribués et plus de 5 000 chercheurs encouragés. Au total, la Fondation Bettencourt Schueller a attribué 257 millions d’euros de dons cumulés dans le domaine des sciences du vivant.