En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Le Centre de Recherches Interdisciplinaires

"Aucun de nous n’est plus intelligent que nous tous ensemble". Soutenu par la Fondation depuis sa création, le Centre de Recherches Interdisciplinaires offre aux étudiants un cadre interdisciplinaire exceptionnellement fécond pour leur formation, la recherche et l’invention d’une science ouverte de plus en plus utile au monde de demain.

UN LIEU POUR APPRENDRE À POSER DES QUESTIONS

A l’origine, des esprits libres et créatifs : François Taddei, polytechnicien, chercheur en biologie, lauréat 2003 du prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant, et Ariel Lindner, diplômé en immunologie du Weizmann Institute of Science, tous deux chercheurs à l’Inserm. Depuis le milieu des années 2000, ils transgressent les limitations et les carcans disciplinaires habituels de la recherche en biologie et de l’enseignement supérieur, libèrent le point de vue des étudiants sur les sciences du vivant, créent un cursus de formation unique en France et développent un lieu d’innovation dont la fécondité n’a pas encore atteint ses limites.

De la licence au master et au doctorat, les étudiants apprennent l’audace, sans laquelle la science ne progresse pas. Et d’abord, celle de poser des questions, sans se soucier du champ disciplinaire. C’est en remettant en question ce que tout le monde trouvait naturel que les grands scientifiques de l’histoire ont brisé les modèles acquis, lancé les révolutions scientifiques et ouvert les voies de la modernité. Les étudiants, issus de formations variées – médecine, biologie, physique, chimie, sciences de l’ingénieur, informatique ou philosophie – apprennent l’interdisciplinarité au contact les uns des autres.

 

    En 2020, 50 % de la science sera interdisciplinaire.

Alan Leshner, directeur général d’AAAS, éditeur de la revue Science

LICENCE MASTER DOCTORAT… RECHERCHE, IMPLICATION SOCIALE

Tout a commencé en 2003 par un séminaire interdisciplinaire informel avec des étudiants qui a conduit un an plus tard à la création du master 2 "Approches interdisciplinaires du vivant". La motivation des premiers étudiants de ce master et des enseignants-chercheurs qui les accompagnaient a permis la création de l’école doctorale interdisciplinaire Frontières du vivant à la fin de 2006, co-habilitée par les Universités Paris Descartes et Paris Diderot.
Accueillant de 25 à 30 étudiants par promotion depuis 2007, elle se différencie des autres écoles doctorales françaises sur plusieurs points :

  • le champ d’études n’a pas de limites. Les projets de thèse sont à la carte, rédigés par les candidats et évalués par un conseil scientifique international. Les thèmes couverts vont des interactions moléculaires à la cognition, en passant par l’écologie et les sciences sociales ;
  • les étudiants viennent d’horizons géographiques et disciplinaires très variés. Ils sont encouragés à interagir régulièrement. Chaque thèse est suivie par des  chercheurs de disciplines distinctes ;
  • l’implication des étudiants dans le Centre de Recherches Interdisciplinaires va bien au-delà de leur thèse. Véritable lieu de rencontres et d’échanges scientifiques, l’école doctorale a reçu en 2013 la notation la plus haute (A+) de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

 

 

Le succès de l’école doctorale a conduit à l’élargissement du programme soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller. En 2009, un master 1 ouvre ses portes. A la rentrée 2011, la licence Frontières du vivant, interdisciplinaire en sciences,  accueille des étudiants qui viennent d’avoir le baccalauréat.

Les mêmes critères d’excellence dans la sélection, d’ouverture et d’éclectisme dans les travaux sont appliqués à toutes les étapes du cursus LMD ainsi constitué. Les étudiants de tous niveaux rassemblés au Centre de Recherches Interdisciplinaires, autour de conférences et de projets qu’ils ont souvent eux-mêmes initiés, profitent de cette diversité pour ouvrir toujours plus de questions et inventer ainsi la biologie de demain, une science toujours plus ouverte sur le monde.

Sur le fondement solide de son cursus LMD, le Centre de Recherches Interdisciplinaires est devenu une plateforme ouverte d’innovation et de créativité, reconnue par les plus grands centres mondiaux, fortement engagée pour une science ouverte, responsable et généreuse pour relever collectivement les défis de nos générations.

 

 

 

 

La Fondation Bettencourt Schueller s’est fortement engagée auprès de François Taddei et Ariel Lindner depuis le milieu des années 2000, convaincue du potentiel innovant d’un projet qui touche à la fois à la recherche dans les sciences de la vie, aux mécanismes de production des connaissances, à la formation des chercheurs, à l’éducation, à la mobilisation de l’intelligence collective et à la capacité d’une société de mobiliser ses ressources pour relever les défis qui lui sont posés. Depuis une dizaine d’années, elle accompagne les développements successifs du Centre de Recherches Interdisciplinaires, à commencer par la constitution de son cursus LMD.

  • 1/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 2/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 3/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 4/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 5/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 6/7

    centre de recherches interdisciplinaires

  • 7/7

    centre de recherches interdisciplinaires

?>
?>
Haut
de page