En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

iGEM Paris Bettencourt

Chaque année, le concours iGEM rassemble des étudiants venus du monde entier pour présenter les innovations qu’ils ont mises au point en biologie synthétique. En 2013, l’équipe iGEM Paris Bettencourt est devenue championne du monde.

INTERDISCIPLINARITÉ, INTELLIGENCE COLLECTIVE, CRÉATIVITÉ

Depuis le milieu des années 2000, François Taddei et Ariel Lindner renouvellent la formation et la recherche en sciences de la vie. L’enseignement novateur dispensé au Centre de recherches interdisciplinaires met l’accent sur la créativité, le travail en équipe, l’apprentissage par la recherche et le dépassement des frontières disciplinaires. L’équipe iGEM Paris Bettencourt est l’un des beaux exemples de la fécondité de ce Centre.

Organisée par le Massachussets Institute of Technology de Boston, la compétition iGEM (international Genetically Engineered Machines) est un terrain idéal d’application des valeurs et de l’esprit du Centre pour les étudiants du master Approches interdisciplinaires du vivant. iGEM fait s’affronter chaque année des étudiants de centaines d’universités du monde entier, avec l’idée de promouvoir l’éducation, les avancées en biologie synthétique et la création d’une communauté scientifique ouverte et collaborative.

Les promesses de la biologie synthétique ne sauraient être tenues sans l’investissement de tous les jeunes chercheurs aux idées neuves.

EMERGENCE DE LA BIOLOGIE SYNTHÉTIQUe

La compétition iGEM offre une expérience pédagogique unique, en cohérence parfaite avec l’esprit d’innovation et d’application de la recherche qui anime le Centre de recherches interdisciplinaires et que soutient la Fondation. Alors que la biologie de synthèse n’est pas encore enseignée en France, la Fondation a décidé dès 2007 de s’investir aux côtés des jeunes chercheurs qui, audacieusement, en mêlant biologie et ingénierie, cherchent de nouvelles solutions aux grands défis sanitaires du monde.

L’ÉQUIPE IGEM PARIS BETTENCOURT RÉGULIÈREMENT PRIMÉE

Chaque été, les équipes participantes au concours reçoivent un kit de fabrication, les « Biobricks ». Ces éléments moléculaires peuvent être modifiés, complétés, combinés. Les jeunes étudiants/chercheurs/ingénieurs sont incités à en fabriquer de nouveaux si nécessaire. A l’aide de ces éléments, ils synthétisent des machines vivantes, modifiant généralement des bactéries pour leur faire effectuer des tâches inédites. Les projets sont alors confrontés dans les différents continents, puis – pour la finale – à Boston.

Sous l’impulsion d’Ariel Lindner, la créativité de l’équipe iGEM Paris Bettencourt (renouvelée chaque année) lui a permis de recevoir des distinctions en 2007, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013. L’équipe de 2007 est arrivée en finale pour son projet de bactérie multicellulaire synthétique. Celle de 2012 a obtenu la troisième place pour son projet de création de dispositifs de sécurité pour le relâchement de bactéries génétiquement modifiées dans l’environnement. Enfin, l’équipe de 2013 a remporté la compétition mondiale : son projet, particulièrement impressionnant, combine quatre approches pour lutter contre la tuberculose : un système de diagnostic, une bactérie génétiquement modifiée pour tuer le pathogène responsable de la maladie (Mycobactérium tuberculosis), l’utilisation d’un virus pour inactiver sa résistance aux antibiotiques et la découverte de huit nouvelles molécules potentiellement efficaces en traitement thérapeutique.

Au-delà d’une expérience éducative exceptionnelle, la compétition iGEM est aussi un vivier sans cesse renouvelé d’applications innovantes pour les sciences de la vie et le progrès médical.

 

  • 1/5

    igem

  • 2/5

    iGEM Jamboree conference hall 2013

  • 3/5

    iGEM Jamboree 2013

  • 4/5

    iGEM MIT Boston

  • 5/5

    Paris-Bettencourt World champion 2013

?>
?>
?>
Haut
de page