En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Prix Liliane Bettencourt pour l'intelligence de la main - Talents d'exception

Les lauréats

2017
Close Bureau "Marsupio"
  • 1/7

    Bureau "Marsupio"

  • 2/7

    Bureau "Marsupio"

  • 3/7

    Bureau "Marsupio"

  • 4/7

    Bureau "Marsupio"

  • 5/7

    Bureau "Marsupio"

  • 6/7

    Bureau "Marsupio"

  • 7/7

    Bureau "Marsupio"

Le prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main - Talents d’exception 2017 récompense Steven Leprizé, ébéniste, pour le bureau "Marsupio" (2017).

« Un objet manifeste… », c’est ainsi que Steven Léprizé aime à définir l’oeuvre qui lui a permis de décrocher la récompense Talents d’exception cette année. Cet objet manifeste ? Un bureau, baptisé «Marsupio», dont la forme évolue en continu selon les besoins de son utilisateur. Meuble fonctionnel et sculpture à la fois, cette pièce a nécessité des années de gestation et de mise au point. « Nos premiers croquis datent de 2010 ! », aime-t-il à rappeler.

Ce bureau exige en effet la mise en oeuvre d’une technique totalement innovante qui consiste à coller du bois sur un autre matériau – ici du caoutchouc- afin d’exploiter les propriétés de ce dernier. Le résultat est à la hauteur de l’ambition : le bois apparaît totalement souple, presque élastique, ouvrant ainsi un nouveau champ des possibles. Steven Leprizé l’a notamment exploité en procédant à des découpes au cutter afin de créer, sur les pans du bureau, des sortes de poches destinées à contenir les objets du quotidien (classeurs, dossiers et même une lampe d’ambiance…).

Des poches qui témoignent de toute la souplesse du matériau et donnent à ce meuble des allures de sculpture sans cesse réinventée, selon la forme des objets déposés. Le bureau s’apparente ainsi à un vêtement au drapé mouvant, qui reprend sa forme initiale lorsque les poches ne sont pas utilisées. Une oeuvre qui constitue un véritable manifeste, par l’inventivité de la démarche mais également la parfaite maîtrise des savoir-faire traditionnels.

Cette technologie novatrice, baptisée « Woowood », reprend en effet le savoir-faire de la « repousse » utilisé depuis toujours pour restaurer les marqueteries anciennes. L’artisan d’art a fait évoluer la technique mais l’a surtout utilisée au milieu d’objets du XXIème siècle : cutter numérique, colle high-tech mise au point avec un ingénieur pour faire tampon entre le bois et le caoutchouc…

Le résultat porte un message fort : le futur ne s’écrit que par une intime connaissance des gestes et des savoir-faire du passé.

Le matériau mis au point est totalement innovant, une marqueterie de bois souple comme un vêtement.

Steven Leprizé, ébéniste.

?>
StevenLeprizé

Le jeune ébéniste breton décroche la récompense Talents d’exception avec une œuvre qui réinvente l’un des matériaux les plus anciens au monde -le bois- auquel il donne des propriétés inédites de souplesse et d’élasticité. Un petit miracle d’innovation.

  • 2001 - 2008BEP de menuisier. CAP d’agencement au lycée du bâtiment de Rennes, puis d’ébéniste au lycée des métiers d’art de Vitré. BMA d’ébéniste au lycée des métiers d’art d’Auray. DMA ébénisterie à l’école Boulle.
  • 2009Création de la société Arca (Atelier de recherche et de création en ameublement). Obtention la même année du prix « Jeunes Talents » remis par les Ateliers d’art de France.
  • 2017Obtient l’Etoile de l’artisanat de l’Observateur du design. Lauréat du Prix pour l’intelligence de la main - Talents d’exception