Jean-Léon Maître

Chargé de recherche au CNRS. Chef de l’équipe Mécanique du développement des mammifères à l’Institut Curie – Paris, France.

Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française - 2021

Mesurer les forces qui donnent forme à la vie

Au cours du développement embryonnaire, les cellules utilisent les informations contenues dans leurs gènes pour former l'organisme. Cela conduit à une série d’événements au cours desquels les cellules se divisent, meurent, se déforment et se déplacent. Toute cette agitation fait que les cellules sont constamment soumises à des forces mécaniques, que Jean-Léon Maître mesure et étudie pour comprendre leur importance dans le devenir des cellules et de l’embryon.

Pour ce faire, Jean-Léon Maître et son équipe se penchent sur les premières étapes du développement de l’embryon de souris, avant même son implantation dans l’utérus maternel. Actuellement, ils s’intéressent au tout premier épithélium de l’embryon des mammifères, le trophectoderme. Cet épithélium, qui deviendra plus tard le placenta, entoure une poche de liquide appelée lumen, et un groupe de cellules qui généreront la totalité des tissus de l’embryon. Le trophectoderme s’étire au fur et à mesure que l’embryon grandit, ce qui déforme non seulement les cellules qui le composent mais aussi leurs noyaux, contenant toute l’information génétique.

Pour comprendre les mécanismes qui permettent à ces cellules de s’étirer et leur conséquences, Jean-Léon Maître va aborder trois questions :

- Comment les cellules du trophectoderme parviennent-elles à augmenter leur surface lors des étirements ?
- Comment le noyau des cellules peut-il s’aplatir et quelles sont les conséquences pour l’expression des gènes ?
- Comment l’étirement des cellules et la déformation des noyaux influent sur le devenir du trophectoderme et sur l’implantation de l’embryon dans l’utérus ?

Le Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française va permettre au laboratoire de s’équiper d’un système de pinces optiques afin de mesurer et de modifier les forces qui agissent sur les cellules dans la phase précoce du développement de l’embryon. Ce système consiste à manipuler de tout petits éléments comme des cellules ou des noyaux des cellules à l’aide d’un laser. Ce dispositif, couplé à un puissant microscope équipé d’un système d’incubation nécessaire à la culture des embryons de mammifères, sera unique en France.

 

Membres de l’équipe

Louise Dagher - doctorante
Julie Firmin – doctorante
Edgar Herrera Delgado - chercheur postdoctoral
Özge Özgüç - chercheuse post doctorale
Diane Pelzer - chercheuse post doctorale
Ludmilla de Plater - Ingénieure de recherche
Markus Schliffka - doctorant
Francesca Tortorelli - Ingénieure de recherche

 

Pour toutes les photographies : (c) Alexandre Darmon / Art in Research. 

Jean-Léon Maître

Jean-Léon Maître est biologiste, spécialiste du développement embryonnaire. En Allemagne et en Autriche, où il effectue sa thèse entre 2007 et 2012, il contribue à la compréhension de l’organisation tridimensionnelle de l’embryon du poisson zèbre en utilisant la technique d’aspiration par micropipette pour mesurer l’adhésion entre cellules. Plus tard, pendant son post-doctorat à Heidelberg, il applique une technique similaire chez la souris pour révéler pour la première fois l’action des forces de contraction dans la position et le sort des cellules de l’embryon. 

En 2016 il s’installe à Paris pour créer son équipe à l’Institut Curie. Depuis, il explore les forces mécaniques et leurs conséquences au stade précoce du développement embryonnaire chez les mammifères. Ses recherches reposent sur une étroite collaboration avec des mathématiciens et des physiciens, sur des techniques de microscopie sophistiquées, et sur des outils de précision permettant de mesurer des forces extrêmement faibles à nos yeux mais déterminantes pour le développement des embryons.

  • 2012Doctorat à Institute of Science and Technology Austria, Klosterneuburg, Autriche
  • 2013Post-doctorat dans le laboratoire du Docteur Takashi Hiiragi à l’European Molecular Biology Laboratory, Heidelberg, Allemagne
  • 2013EMBO fellowship
  • 2014IntraEuropean Fellowship Marie Sklodowska-Curie Actions
  • 2016Chargé de recherche CNRS et chef d’équipe à l’Institut Curie, Paris, France
  • 2016Dotation du programme ATIP-Avenir
  • 2016Prix Jeune Chercheur de la Société de Biologie Cellulaire de France
  • 2017Prix de la Fondation Schlumberger pour l'Éducation et la Recherche
  • 2017Starting grant, Conseil Européen de la Recherche (ERC)
  • 2019Prix Claude Paoletti, CNRS
  • 2019EMBO Young Investigator
  • 2020Médaille de Bronze, CNRS
  • 2021Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française, Fondation Bettencourt Schueller