En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Béchir
Jarraya

Neurochirurgien

Dotation du programme ATIP-Avenir - 2008

Ecrire le mode d’emploi de la microstimulation cérébrale

Installée à Neurospin avec le soutien de la Fondation, l’équipe de Béchir Jarraya développe des outils de neurochirurgie pour soigner des affections telles que la maladie de Parkinson.

La stimulation cérébrale profonde est susceptible de soigner la maladie de Parkinson, les troubles obsessionnels compulsifs ou encore la dépression nerveuse. Pourtant, cette technique qui consiste à envoyer des impulsions par le biais d’électrodes implantées dans des régions spécifiques du cerveau, est encore mal comprise et mal maîtrisée.
Soutenu par la Fondation pour son installation au Centre Neurospin sur le campus du Commissariat à l’énergie atomique sur le plateau de Saclay, Béchir Jarraya propose d’explorer en détails les effets et les possibilités de ce pacemaker cérébral en utilisant l’IRM fonctionnelle, éventuellement combinée à d’autres approches.
Le projet du laboratoire s’articule en trois étapes. La première consiste à développer le modèle expérimental à l’aide de l’IRM fonctionnelle pour identifier les signatures cérébrales de pathologies telles que des anomalies de la conscience (état végétatif par exemple) ou de la maladie de Parkinson. Ce modèle est ensuite utilisé par l’équipe afin de prédire les conséquences neurologiques de la neurostimulation électrique des régions du cerveau identifiées. Enfin, une fois les signatures des processus cognitifs/moteurs bien établies, des études pré-cliniques testeront l’applicabilité thérapeutique de la stimulation des régions cérébrales identifiées.
D’autres pistes, invasives ou non, sont également explorées par l’équipe. Un an après l’obtention de la dotation du programme Avenir, Béchir Jarraya a publié les résultats de la mise au point d’une thérapie génique contre la maladie de Parkinson.

 

BéchirJarraya

Béchir Jarraya fait progresser la neurochirurgie à l’hôpital comme au laboratoire. Ses recherches sur la neuromodulation impliquent en effet d’intervenir physiquement sur de minuscules parties du cerveau. Quant aux avancées que son laboratoire apporte aux neurosciences, il est le premier à en faire bénéficier, en tant que neurochirurgien, ses patients. Son post-doctorat lui apprend l’emploi de l’IRM fonctionnelle avec des modèles expérimentaux,  lui permettant d’explorer avec une grande précision les maladies neurodégénératives, les douleurs chroniques, les anomalies de la conscience ou encore la réhabilitation neurologique.


L’approche résolument translationnelle de sa recherche lui a déjà permis de déposer un brevet. Il a co-inventé une thérapie génique qui soulage les symptômes de la maladie de Parkinson sans déclencher de dyskinésie, mouvements involontaires, déclenchés ou majorés par les traitements chimiques existants.


bechir.jarraya@gmail.com



 


 

  • 2005Doctorat en médecine, spécialisation en neurochirurgie, Université Pierre et Marie Curie
  • 2006 Docteur en neurosciences, Université Pierre et Marie Curie
  • 2006 Prix pour les jeunes chercheurs
  • 2006-2007 Post-doctorat dans le laboratoire du Dr Wim Vanduffel, MIT-Harvard Medical School, Massachusetts General Hospital, Boston (Etats-Unis)
  • 2008Lauréat du programme Avenir de l’Inserm en partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller
  • Depuis 2009 Chef d’équipe au Centre Neurospin du Commissariat à l’énergie atomique
  • 2010 Prix Aesculap, European Association of Neurosurgical Societies
  • 2011 Membre de l’Académie de médecine
  • Depuis 2011 Professeur associé en neurochirurgie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Depuis 2011 Neurochirurgien en chef de l’unité de neuromodulation, département de neurochirurgie, hôpital Foch, Suresnes
  • 2011 Prix Aimée et Raymond Mande, Académie de médecine
  • 2012 Habilitation à diriger des recherches, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines