En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Programme Médecine-Humanités à l’École normale supérieure

Allier sciences humaines et études médicales

Le programme Médecine-Humanités permet à des étudiants en médecine de compléter leur parcours professionnel par un cursus de haut niveau en humanités à l’École normale supérieure. La Fondation Bettencourt Schueller soutient ce nouveau projet interdisciplinaire dans le cadre de son action pour la formation à et par la recherche.

Un programme innovant et précurseur

Le programme Médecine-Humanités à l’École normale supérieure est un programme unique en France. Il offre à cinq étudiants en deuxième ou troisième année de médecine la possibilité de compléter leur formation médicale par un cursus de trois ans en lettres, philosophie, sciences de l’Antiquité, histoire, histoire des arts, sciences sociales, économie… Cette initiative leur permet de relier les principes généraux des humanités aux nouvelles questions posées par les savoirs et les pratiques de la médecine.

Bien que les étudiants soient issus de facultés de médecine différentes, les cours d’humanités ont lieu à l’Ecole normale supérieure à Paris, cadre idéal pour ce projet essentiellement interdisciplinaire. La formation est soutenue par un réseau de partenaires prestigieux (Paris Sciences et Lettres, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l’Institut Curie, l’Institut Pasteur et les universités Paris-Descartes et Paris-Diderot).

 

Une initiative en faveur de l’interdisciplinarité

Le programme Médecine-Humanités se place en précurseur au carrefour des sciences humaines et des sciences médicales. Les cours proposés pour l’année 2018-2019, première année du programme, illustrent le dialogue et la reconnaissance mutuelle de ces deux domaines de recherche. Le premier semestre est construit autour du thème de « La naissance : de la conception à la petite enfance. Entre approche médicale et regards des humanités ». La fin de l’année est consacrée à l’étude des langages du corps et du soin.

La Fondation Bettencourt Schueller soutient cette démarche interdisciplinaire. Les lauréats de la première promotion, Kendrys Legenty, Antoine Jourdain, Makram Abou-Ali et Camille Sfeir, souhaitent ainsi associer leurs études de médecine à leurs intérêts pour le cinéma, la littérature, la philosophie, l’histoire ou le droit de la santé. La Fondation leur apporte notamment une aide financière.

Une étape dans l’évolution du système de soin

Enseigner les humanités aux futurs médecins est essentiel pour l’avenir de notre système de soins. En effet, la révolution du numérique et l’intelligence artificielle occupent une place grandissante dans la vie quotidienne des médecins. Ce bouleversement du système de soin impose de trouver un nouvel équilibre entre médecins, ingénieurs, personnel paramédical et patients.

Les étudiants en médecine doivent donc se préparer à exercer un métier où les « humanités médicales » seront sans cesse mobilisées. Des cas cliniques aux enjeux éthiques et politiques les plus généraux, il faut apprendre à replacer l’écoute au centre des relations et repenser l’enseignement des sciences humaines et sociales.

L’actualité des débats contemporains suffit largement à rappeler que les pratiques médicales sont inséparables de leur contexte éthique, politique, économique, social, etc. Il est nécessaire d’y préparer les futurs médecins. Nous avons travaillé pour construire un programme passionnant. Espérons que les étudiants y trouveront de quoi satisfaire toute leur curiosité.

Marc Mézard, directeur de l’Ecole normale supérieure

  • 1/4

    © Pôle communication ENS

  • 2/4

    © Pole communication ENS

  • 3/4

    © Pole communication ENS

  • 4/4

    © Pole communication ENS

Haut
de page