En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

En savoir plus

X

Agir pour l'audition

Prévenir, dépister, accompagner les déficiences auditives, soutenir la recherche… AGIR POUR L’AUDITION est sur tous les fronts pour promouvoir les solutions en faveur de l’audition. C’est l’événement du mois.

Née de la volonté de personnalités engagées, AGIR POUR L’AUDITION vient d’obtenir le statut de Fondation reconnue d’utilité publique. Cette évolution consacrera l’amplification de son ambition au service des personnes sourdes et malentendantes et favorisera le développement de ses actions en même temps que l’élargissement du nombre de ses partenaires.

 

Des actions, qui au vu du programme engagé, témoignent de son dynamisme. AGIR POUR L’AUDITION soutient la recherche et multiplie les initiatives pour faire avancer les connaissances, améliorer le quotidien des personnes déficientes auditives, accompagner le grand public vers des solutions adaptées, soutenir les professionnels et briser les tabous qui entourent la malentendance.

AGIR POUR L’AUDITION a déjà entrepris de mobiliser sur divers fronts : la recherche scientifique, l’accompagnement social, le lancement d’études sur les habitudes de vie, la sensibilisation des jeunes comme des seniors…

Depuis 2014, AGIR POUR L’AUDITION manifeste un soutien actif à la recherche en lançant un appel à projets. Il concerne tous les domaines de la science (physiologie, génétique, clinique, technologique, sociologique et psychologique). Les projets sont examinés par un conseil scientifique international.

Grâce au soutien de la Fondation Bettencourt Schueller, AGIR POUR L’AUDITION accompagne également la création de l’Institut français de l’audition, dédié à la recherche fondamentale, dont l’ouverture est prévue en 2017. Il sera dirigé par le Pr Christine Petit, médaille d’or du CNRS, professeur au Collège de France, responsable de l’unité de génétique et physiologie de l’audition, directrice de recherche Inserm. Christine Petit est à l’origine de grandes découvertes génétiques dans le domaine de l’audition.
 
Son second axe d’intervention concerne la prévention et le soutien des personnes souffrant d’une déficience auditive. Le 11 mars prochain, AGIR POUR L’AUDITION décernera trois prix, dans le domaine médical, social et technologique, pour valoriser des initiatives exemplaires, améliorant la qualité de vie des personnes sourdes ou malentendantes.

Mais 2015 marque un tournant décisif.
Le 9 avril, elle organise, à l’occasion de la Journée mondiale de l’audition créée par l’OMS, une Journée « portes ouvertes » pour rencontrer associations et laboratoires de recherche.
Le 11 mars signe la remise des prix « Agir pour l’audition - Agir au quotidien » aux trois premiers lauréats.
A compter du 12 mars, dans le cadre de la Journée nationale de l’audition, se déroule le lancement officiel de son programme santé auditive des jeunes. A cette occasion, l’association installera sur divers campus universitaires des bornes de test auditif afin de permettre aux étudiants de tester leur audition. Elle organisera également, sur le campus de Jussieu à Paris, une Silent Disco. Une expérience unique et singulière invitant les jeunes à danser un casque sur les oreilles… Chacun profitant de la musique choisie dans une salle totalement silencieuse. La démarche se fait en partenariat avec les services de médecine universitaire. Pour la première fois, près de 1 000 jeunes vont faire part de leurs habitudes de vie et tester leur audition. L’analyse de ces données devrait être très riche d’enseignements nouveaux.

A l’automne, AGIR POUR L’AUDITION lancera la nouvelle édition de son Audition Tour. Cette campagne de sensibilisation sillonnera les routes du Languedoc-Roussillon. Elle proposera aux habitants de bénéficier d’un test auditif et d’une information complète. En 2014, plus de 5 000 personnes ont ainsi été sensibilisées.

La déficience auditive est à la fois un enjeu social majeur et une préoccupation de santé publique. Pas moins de 6 à 8 millions de personnes souffrent de troubles de l’audition en France.
Or la perte de l’audition a des impacts sur l’inclusion sociale, les relations avec l’entourage, l’insertion socio-professionnelle. Sans compter ses effets sur la santé psychologique, les performances cérébrales et les fonctions cognitives.

Pourtant les Français tardent à s’équiper, pour des raisons économiques, par peur, par manque d’information, ou parce qu’ils ont une mauvaise image des appareillages auditifs. Le champ d’intervention est donc immense. Et comme le souligne le Dr Pierre Anhoury, directeur général d’AGIR POUR L’AUDITION : « L’association entend bien lutter contre ces représentations, porter la cause de l’audition et pousser la recherche au meilleur niveau international. Le chantier est vaste et le défi ambitieux. Mais nous le relèverons ».

 

 

  • 1/7

    Agir pour l'audition

  • 2/7

    Agir pour l'audition

  • 3/7

    Agir pour l'audition

  • 4/7

    Agir pour l'audition

  • 5/7

    Agir pour l'audition

  • 6/7

    Agir pour l'audition

  • 7/7

    Agir pour l'audition